Les Etats-Unis affronteront «un jour sombre», menace la fille du général iranien Soleimani

Les Etats-Unis affronteront «un jour sombre», menace la fille du général iranien Soleimani© ATTA KENARE Source: AFP
Des Iraniens brûlent des drapeaux américain et israélien lors des funérailles du général Qassem Soleimani, chef de la force al-Qods, à Téhéran, le 6 janvier 2020.

Zeinab Soleimani, fille du chef de la force al-Qods tué par une frappe américaine en Irak, a déclaré, lors d'une cérémonie qui a rassemblé des milliers d'Iraniens à Théhéran, que la mort de son père entraînera «un regain de résistance».

Ce 6 janvier, des dizaines de milliers de personnes ont se sont réunies aux abords de l'université de Téhéran pour prendre part aux funérailles du général Qassem Soleimani de la Force al-Qods, unité d'élite du corps des Gardiens de la révolution islamique.

Les Etats-Unis affronteront «un jour sombre», menace la fille du général iranien Soleimani© ATTA KENARE Source: AFP
Des dizaines de milliers de personnes investissent les rues de Téhéran le 6 janvier 2020 pour rendre hommage au général iranien Qassem Soleimani.

Fou de Trump, ne pense pas que tout est fini avec le martyre de mon père

Dans une ambiance mêlant colère et tristesse, Zeinab Soleimani, la fille du général iranien, a prononcé une violente diatribe contre les Etats-Unis et Israël : dans un discours retransmis à la télévision iranienne, elle a en effet affirmé que «le martyre de [son] père entraînera[it] un regain de résistance et fera[it] trembler l'Amérique et Israël». «Fou de Trump, ne pense pas que tout est fini avec le martyre de mon père», a-t-elle en outre martelé tout en assurant que les Etats-Unis affronteraient «un jour sombre».  

La dépouille de Qassem Soleimani était arrivée dans la soirée du 4 janvier en Iran après la journée de procession funéraire organisée en Irak, notamment dans les villes saintes de l’islam chiite que sont Kerbala et Najaf. Un premier rassemblement dans la capitale iranienne avait déjà eu lieu lors de l'arrivée du cercueil, drainant une foule nombreuse.

Le général iranien a été tué le 3 janvier dans une frappe américaine sur l'aéroport de Bagdad au côté de Abou Mehdi al-Mouhandis, numéro deux du Hachd al-Chaabi, une coalition de paramilitaires pro-iranienne et figure de proue de la lutte contre Daesh en Irak.

Lire aussi : «Nous réduirons Tel-Aviv en poussière» en cas d'attaque américaine, menace un responsable iranien

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»