Donald Trump menace l'Iran après la prise d'assaut de l'ambassade américaine à Bagdad

- Avec AFP

Donald Trump menace l'Iran après la prise d'assaut de l'ambassade américaine à Bagdad© Leah Millis Source: AFP
Donald Trump (image d'illustration).

Donald Trump a menacé de faire payer le «prix fort» à Téhéran, après l'attaque de l'ambassade des Etats-Unis à Bagdad par des milliers de manifestants pro-Iran aux cris de «Mort à l'Amérique».

«L'Iran sera tenu pleinement responsable des vies perdues ou des dégâts occasionnés dans nos installations. Ils paieront le prix fort !», a twitté le chef d'Etat américain Donald Trump le 31 décembre, après la prise d'assaut de l'ambassade américaine à Bagdad par des milliers de manifestants irakiens le même jour. Et le chef d'Etat américain de conclure son tweet en ces termes : «Ce n'est pas un avertissement, c'est une menace. Bonne année !»

L'hôte de la Maison Blanche a toutefois expliqué ne pas s'attendre à une guerre entre les Etats-Unis et l'Iran. «Je ne vois pas cela se produire», a-t-il répondu à un journaliste qui l'interrogeait sur ce scénario.

Le secrétaire à la Défense Mark Esper a en outre annoncé que quelque 750 soldats américains supplémentaires allaient «immédiatement» être déployés au Moyen-Orient «en réponse aux événements récents en Irak».

De son côté, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a déclaré que l'attaque lancée contre l'ambassade des Etats-Unis était l'œuvre de «terroristes» et affirmé qu'elle avait été soutenue «par des alliés de l'Iran, Hadi al-Amari et Faleh al-Fayyad».

Pour sa part, Téhéran a dénoncé «la surprenante audace» de Washington.

Le 31 décembre, des milliers de manifestants ont pris d'assaut l'ambassade des Etats-Unis à Bagdad, brûlant des drapeaux, arrachant des caméras de surveillance et criant «Mort à l'Amérique», deux jours après des raids américains meurtriers contre des bases du Kataëb Hezbollah (Les Brigades du Hezbollah).

Le sentiment anti-américain en Irak a été ravivé le 29 décembre par ces raids, menés en représailles à la mort d'un sous-traitant américain dans une attaque à la roquette contre une base en Irak, non revendiquée mais attribuée par Washington à la faction chiite des Brigades du Hezbollah. Celles-ci font partie du Hachd al-Chaabi, une coalition paramilitaire qui a aidé le pouvoir irakien dans la lutte antidjihadiste et a été intégrée aux forces régulières.

Lire aussi : Bagdad : des manifestants prennent d'assaut l'ambassade américaine aux cris de «Mort à l'Amérique»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»