Kémi Seba arrêté au Burkina Faso pour«injures» envers le président et «incitation à la révolte»

Kémi Seba arrêté au Burkina Faso pour«injures» envers le président et «incitation à la révolte»© FRANCK FIFE Source: AFP
Le militant panafricaniste Kémi Seba (image d'illustration).

Le militant panafricaniste Kémi Seba et son assistant ont été placés en garde à vue au Burkina Faso après une conférence sur le franc CFA à l’université de Ouagadougou 1, lors de laquelle il s'était montré très critique envers le chef de l'Etat.

Le président de l'association Urgences panafricanistes Kémi Seba et un de ses assistants ont été placés en garde à vue le 21 décembre au Burkina Faso, après un débat sur le franc CFA auquel participait le militant panafricaniste à l’université de Ouagadougou 1.

Comme le rapporte RFI, Kémi Seba aurait dans un premier temps été amené à la gendarmerie pour être mis à l'abri de partisans du parti au pouvoir, courroucés par son intervention. Mais les gendarmes lui auraient ensuite signifié qu'il était en garde à vue. «L'agent enquêteur a signifié [à Kémi Seba] qu'il devrait considérer qu'il était retenu dans le cadre d'une procédure engagée contre lui pour injure à l'encontre du chef de l'Etat, [Roch Marc Christian Kaboré]. Au-delà des injures, on lui reproche d'avoir incité les populations et notamment la jeunesse à la révolte», a notamment expliqué Prosper Farama, l'avocat de l'activiste panafricaniste, cité par le site de Radio France Internationale.

Soit ce président retrouve ses testicules, soit les autres candidats qui sont contestés seront plus crédibles que lui

De fait, comme en témoigne une vidéo du débat auquel il venait de participer, Kémi Seba n'a pas mâché ses mots à l'égard du chef d'Etat burkinabé, qu'il a entre autres accusé d'être incapable de protéger son pays – qui connaît un phénomène d'augmentation des attaques djihadistes - et qu'il n’a pas hésité pas à qualifier de «criminel politique». «Soit ce président retrouve ses testicules, soit les autres candidats qui sont contestés seront plus crédibles que lui, il faut que [Roch Christian] Kaboré réfléchisse très rapidement à cela», a notamment déclaré le président d'Urgences panafricanistes.

L'activiste franco-béninois Kémi Seba a également traité le président burkinabé de «gruyère» et de «passoire», affirmant que «tout le monde [venait] persécuter le Burkina Faso» sans que son chef d'Etat ne le défende.

La page Facebook officielle de Kémi Seba fait référence, dans plusieurs publications, à ces événements. Un premier message publié le 22 décembre dans la matinée fait état de l'arrestation du militant «après ses critiques sur la soumission des présidents africains à la France». Le même jour dans la soirée, un autre post annonçait la libération de l'assistant de Kémi Séba : «D'après l'avocat d'Urgences panafricanistes au Faso, [...] Kemi Seba est toujours placé en détention dans le cadre d'une garde à vue. Son assistant Djehuty vient quant à lui d'être relâché», peut-on lire.

Lire aussi : Kémi Séba expulsé de Côté d'Ivoire pour «risques potentiels de troubles», selon les autorités

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»