Kémi Séba expulsé de Côté d'Ivoire pour «risques potentiels de troubles», selon les autorités

Kémi Séba expulsé de Côté d'Ivoire pour «risques potentiels de troubles», selon les autorités© JEAN AYISSI Source: AFP
L'activiste panafricaniste Kémi Séba.

L’activiste panafricaniste Kemi Séba a été expulsé de Côte d’Ivoire le 26 mars. Pourfendeur du franc CFA et critique de longue date du président ivoirien, le militant devait tenir une conférence «contre le néocolonialisme» à Abidjan.

Après le Togo, la Guinée ou encore le Sénégal, l’activiste Kemi Seba est désormais indésirable en Côte d'Ivoire. Arrivé le 23 mars, le militant panafricaniste a été expulsé du pays dans la soirée du 26 mars, alors qu'il devait animer en fin de semaine un meeting «contre le néocolonialisme» avec son association Urgence Panafricaine à Yopougon, un quartier populaire du nord d'Abidjan.

Selon le magazine Jeune Afrique, le Franco-Béninois s’est présenté de lui-même aux services de la police ivoirienne qui retenaient plusieurs membres de son équipe. Interrogé par les services de sécurité ivoiriens, Kemi Seba a été contraint d’embarquer sur un vol d’Air Côte d’Ivoire à destination de Cotonou, au Bénin.

«Il nous avait été rapporté des risques potentiels de troubles par rapport à une manifestation qu'il comptait organiser sur le territoire d'Abidjan», a justifié le porte-parole du gouvernement Sidi Tiemoko Touré, le 27 mars. «C'est pour cela qu'on lui a simplement demandé de retourner chez lui pour éviter des troubles à l'ordre public. C'est juste une mesure de prévention», a-t-il fait valoir.

L'activiste est un critique du président ivoirien Alassane Ouattara qu'il avait qualifié dans un billet sur Facebook d’«esclave volontaire» pour sa défense du franc CFA. Kémi Séba devait en outre rencontrer Simone Gbagbo, l'épouse de l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo. Dans une vidéo publiée sur le réseau social le 26 mars, avant de se rendre dans les locaux de la police, le militant expliquait être «venu en paix, légalement» en Côte d'Ivoire, dans le cadre d’une «mobilisation pacifique contre le néocolonialisme».

Engagé dans une campagne active contre le franc CFA (monnaie garantie par le Trésor français et rattachée à l'euro par une parité fixe), Kémi Séba a été expulsé récemment de plusieurs pays africains. Après le Sénégal, où il a été expulsé en septembre 2017 pour avoir brûlé publiquement un billet de 5 000 francs CFA, il a été refoulé de Guinée le 2 mars 2018, où il devait participer à une conférence. En août dernier, il a également été interdit d’entrée sur le territoire togolais, où il avait prévu d'animer un meeting organisé par un collectif d’artistes opposé au président du pays, Faure Gnassingbé.

Lire aussi : Kémi Séba sur le discours de Ouagadougou : «Un peu de pudeur monsieur Macron» (VIDEOS)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»