Algérie : un nouveau Premier ministre nommé, le ministre de l’Intérieur démis de ses fonctions

- Avec AFP

Algérie : un nouveau Premier ministre nommé, le ministre de l’Intérieur démis de ses fonctions© RYAD KRAMDI Source: AFP
Le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, fait un geste après avoir prêté serment, le 19 décembre 2019 (image d'illustration).

Quelques heures après avoir prêté serment, Abdelmadjid Tebboune a procédé à la nomination de Sabri Boukadoum au poste de Premier ministre par intérim. Dans la foulée, il a mis fin aux fonctions du ministre de l'Intérieur Salah Eddine Dahmoune.

Le Premier ministre Noureddine Bedoui, nommé en mars par le président Abdelaziz Bouteflika, a présenté ce 19 décembre et conformément à l'usage, sa démission au nouveau chef de l'Etat Abdelmadjid Tebboune tout juste entré en fonction, ont annoncé les médias d'Etat. Fait inhabituel, Nourredine Bedoui n'est pas chargé de gérer les affaires courantes, à la différence du reste du gouvernement, à la tête duquel Abdelamadjid Tebboune a nommé l'actuel ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, Premier ministre par intérim.

Il a ensuite reçu Sabri Boukadoum et a également «chargé les membres de l'actuel gouvernement de poursuivre leurs missions de gestion des affaires courantes», selon un communiqué de l’agence de presse algérienne, APS.

La nomination d'un Premier ministre par intérim pourrait indiquer qu’Abdelmadjid Tebboune n'a pas encore choisi le remplaçant de Nourredine Bedoui. Le passé et la personnalité du nouveau Premier ministre seront scrutés à la loupe par le mouvement de contestation, qui estime que Abdelmadjid Tebboune est un représentant du «système» politique décrié.

Dans le même temps, le président algérien a mis fin aux fonctions du ministre de l'Intérieur, Salah Eddine Dahmoune. Ce dernier avait provoqué l'ire de la rue après avoir traité les opposants à la présidentielle contestée du 12 décembre de «traîtres, mercenaires, homosexuels» inféodés aux «colonialistes».

Agé de 60 ans, Noureddine Bedoui avait été nommé Premier ministre le 12 mars par Abdelaziz Bouteflika, alors président pour remplacer le très impopulaire Ahmed Ouyahia, limogé pour tenter de calmer le Hirak, le mouvement de contestation populaire inédit, né trois semaines plus tôt. Noureddine Bedoui occupait jusqu'alors depuis presque quatre ans le portefeuille de l'Intérieur et était vu comme un proche du président déchu et à ce titre honni par le Hirak.

Lire aussi : Emmanuel Macron a appelé le nouveau président algérien, Abdelmadjid Tebboune

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»