Algérie : un ministre assimile les opposants à l'élection à des «homosexuels» et à des «traîtres»

- Avec AFP

Algérie : un ministre assimile les opposants à l'élection à des «homosexuels» et à des «traîtres»© RYAD KRAMDI Source: AFP
Des opposants à la présidentielle du 12 décembre 2019 manifestent à Alger, le 3 décembre.

Alors que la contestation contre la présidentielle ne faiblit pas, le ministre algérien de l’Intérieur, Salah Eddine Dahmoune, a qualifié les Algériens opposés au scrutin de «traîtres, mercenaires, homosexuels» inféodés aux «colonialistes».

Le ministre algérien de l'Intérieur, Salah Eddine Dahmoune, s'en est pris violemment le 3 décembre aux opposants à la présidentielle contestée du 12 décembre en Algérie, qu'il a traités de «traîtres, mercenaires, homosexuels» inféodés aux «colonialistes». Diffusés par des chaînes de télévision privées, les propos du ministre, qui s'exprimait devant le Conseil de la Nation, la chambre haute du Parlement, ont été immédiatement largement relayés sur les réseaux sociaux où ils suscitent des réactions très majoritairement scandalisées.

«Aujourd'hui, il subsiste une pensée colonialiste qui utilise une partie des Algériens ou plutôt pseudo-Algériens, des traîtres, des mercenaires, des homosexuels. Nous les connaissons. Ces derniers se sont rangés derrière ces gens-là. Ils ne sont pas avec nous et nous ne sommes pas avec eux», a déclaré le ministre, sans nommer explicitement ceux qu'ils visent.

Il a ensuite cité des écrits de Cheikh Bouamama et d'Abdelhamid Ibn Badis, nationalistes algériens des XIXe et XXe siècles, appelant à combattre la France coloniale et ajouté : «Nous devons être unis et donner une leçon le 12 décembre pour démontrer l'unité du peuple algérien et protéger notre indépendance».

La présidentielle du 12 décembre doit élire un successeur à Abdelaziz Bouteflika, contraint à la démission en avril par un mouvement populaire de contestation inédit qui revendique désormais le démantèlement total du «système» politique en place. Plusieurs sites d'informations en ligne dénoncent un «grave dérapage du ministre», des «propos surréalistes» ou «indignes».

Lire aussi : Algérie : manifestations nocturnes contre l'élection présidentielle à venir

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»