Israël va-t-il interdire aux chrétiens de Gaza de se rendre à Bethléem et Jérusalem pour Noël ?

Israël va-t-il interdire aux chrétiens de Gaza de se rendre à Bethléem et Jérusalem pour Noël ?© Ibraheem Abu Mustafa Source: Reuters
L'église Holy Family dans la ville de Gaza le 16 décembre 2018. (image d'illustration)

Le 12 décembre, un porte-parole militaire israélien avait fait savoir qu'Israël comptait interdire aux chrétiens de Gaza de se rendre à Bethléem et Jérusalem pour Noël. Les autorités israéliennes ont par la suite démenti cette information.

Le 12 décembre, l'agence Reuters, citant un porte-parole de la liaison militaire d'Israël avec les Palestiniens, a rapporté que les chrétiens de la bande de Gaza seraient autorisés à voyager à l'étranger, mais qu'aucun ne pourrait se rendre en territoire israélien et en Cisjordanie occupée, où se trouvent de nombreux sites sacrés pour les chrétiens. Israël restreint strictement les mouvements hors de la bande de Gaza, territoire contrôlé par le Hamas, qu'il considère comme une organisation terroriste. Dans le détail, le porte-parole a expliqué que, suite à des «ordonnances de sécurité», les Gazaouis seraient autorisés à voyager à l'étranger via le passage frontalier du pont Allenby avec la Jordanie, mais pas à visiter des villes d'Israël ou de Cisjordanie.

Gisha, un groupe israélien de défense des libertés, a déclaré qu'une telle interdiction constituerait un signe de «l'intensification des restrictions d'accès entre les deux parties du territoire palestinien», visant à approfondir «la politique de séparation d'Israël» entre la Cisjordanie et Gaza.

Les autorités israéliennes démentent toute interdiction visant les chrétiens de Gaza 

Quelques jours plus tard, cette décision a été contestée par les autorités israéliennes. «L’ambassade d’Israël souhaite clarifier qu’il n'y a pas d'interdiction pour les chrétiens de Gaza de se rendre à Bethléem pour y célébrer Noël. Comme chaque année chaque demande est examinée au cas par cas pour assurer la sécurité des croyants», a ainsi tweeté l'ambassade israélienne en France, le 21 décembre.

De même, le 22 décembre, l'Administration civile israélienne dans les Territoires palestiniens (COGAT), a déclaré que son directeur avait «prolongé les facilités de voyage pour la population chrétienne de Gaza pour les vacances de Noël». Par conséquent, le COGAT rapporte que «les permis d'entrée pour Jérusalem et pour la Cisjordanie seront délivrés conformément aux évaluations de sécurité et sans égard à l'âge».

Gaza ne compte qu'environ 1 000 chrétiens – pour la plupart grecs orthodoxes – sur une population de deux millions d'habitants dans l'enclave palestinienne. L'année dernière, l'Etat hébreu avait accordé des permis à près de 700 chrétiens de Gaza pour se rendre à Jérusalem, Bethléem, Nazareth et dans d'autres villes saintes qui attirent des milliers de pèlerins pour Noël.

Lire aussi : L’étiquetage des produits issus des «colonies israéliennes» importés dans l'UE validé

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»