Présidentielle en Algérie : une journée électorale émaillée de violences (VIDEOS)

Présidentielle en Algérie : une journée électorale émaillée de violences (VIDEOS) Source: AFP
Des policiers interpellent des opposants à l'élection présidentielle, à Alger, le 12 décembre 2019.

Bureaux de vote occupés, heurts avec les policiers, siège local de l’instance électorale incendié : plusieurs villes algériennes ont été le théâtre de violences ce 12 décembre, au premier tour d’une élection présidentielle contestée.

Le premier tour de l’élection présidentielle algérienne, organisé ce 12 décembre, a été émaillé de nombreux incidents. Par milliers, ceux qui réclament la refonte totale du système politique avant la tenue d’un scrutin, ont battu le pavé de plusieurs villes du pays pour marquer leur désapprobation.

Dès le début de la matinée, plusieurs incidents ont été recensés à Bejaïa. Dans cette ville, selon plusieurs témoins cités par l’AFP, des bureaux de vote ont été investis par les manifestants qui «ont saccagé des urnes et détruit une partie des listes électorales». Sur les réseaux sociaux, plusieurs vidéos montrent des dizaines de personnes en train de détériorer des urnes ainsi que des bulletins de vote.  

Des incidents ont également eu lieu à Bouira, où se trouve le siège de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE).

Les tensions étaient également vives à Alger, où plusieurs rassemblements anti-élections ont été dispersés par les policiers, déployés en nombre. Des personnes ont été blessées dans des mouvements de foule, selon des journalistes présents sur place.

Après s’être mise en retrait, laissant ainsi les opposants au scrutin affluer dans les diverses artères de la capitale, la police est revenue en début de soirée pour déloger ceux qui étaient encore présents.

Les autorités ont assuré à plusieurs reprises que l'élection se déroulerait dans la plus grande des transparences, mais les protestataires refusent de donner leur voix à l’un des cinq candidats en lice pour la magistrature suprême. Ceux-ci ayant tous pour point commun celui d’avoir soutenu – peu ou prou – la politique du président déchu, Abdelaziz Bouteflika.

Lire aussi : Election présidentielle : après des mois de contestation, journée cruciale pour l'Algérie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»