Royaume-Uni : un rapport fustige le contrôle «chaotique et inadéquat» des armes à feu par la police

Les armes à feu appartenant à des particuliers représentent 1,8 millions de pièces par an.© Eddie Keogh Source: Reuters
Les armes à feu appartenant à des particuliers représentent 1,8 millions de pièces par an.

Le rapport, émis par l'inspection générale des services britanniques, estime que les 1,8 millions d'armes à feu appartenant à des particuliers sont mal contrôlées et pourraient créer de graves dangers dans le pays.

Ce sont des révélation accablantes pour la police britannique que l'inspection générales des services (IGS), la «police des polices» vient de dévoiler. Le rapport indique que les services ont ignoré des injonctions à réguler le flux des armes à feu, malgré des avertissements liés à un triple meurtre survenu quatre ans plus tôt. D'après le rapport, de très nombreux propriétaires d'armes ne sont pas en règle avec la loi, la police ayant négligé de renouveler les permis de port d'armes au-delà de leurs limites légales de cinq ans.

Pire encore : les inspecteurs ont constaté que sept services ne s'étaient pas préoccupé d'enregistrer la possession d'armes de plusieurs individus accusés de violence conjugale. Une précaution pourtant exigée par les autorités, après un massacre intervenu lors du réveillon du nouvel an 2012. Un homme, propriétaire légal d'une arme à feu, avait tué sa compagne, la sœur et la fille de cette femme. L'homme avait ensuite retourné contre lui une arme que la police avait préalablement confisquée et lui avait retournée accompagnée d'un «dur avertissement».

En savoir plus : Un plan «extrêmement offensif» pour lutter contre le trafic d’armes annoncé par Cazeneuve

Ce massacre avait suscité de nombreuses critiques à l'égard de la police de la ville de Durham (Nord-Est). Il avait ensuite été ordonné à toutes les unités du pays de revoir les cas de violence conjugale, ce qui avait entraîné la révocation de 260 permis de port d'arme. Le rapport de l'IGS dévoile que des unités majeures de la police, telles que la Metropolitan Police de Londres ou la Great Manchester Police n'avaient pas procédé à ces contrôles. Une négligence qui a permis à de nombreux prédateurs domestiques de continuer à posséder des armes.

En savoir plus : Fusillade dans la Somme, quatre morts, trois blessés graves dont deux gendarmes

Pour Stephen Otter, qui a mené l'enquête de l'IGS, la police a «compromis la sûreté publique du manière inexcusable». «Les leçons que les tragédies nous enseignent n'ont pas toujours été apprises et cela, au dépend des victimes de ces événements», affirme Otter, qui estime que «à moins que nous changions, de nouvelles tragédies risquent de se produire». D'après le rapport, le nombre d'armes à feu appartenant à des particuliers a atteint un record en 2015, avec une augmentation de 72,2% depuis 1998.

Les règles en Grande-Bretagne concernant la possession d'armes à feu sont pourtant strictes. Les propriétaires doivent justifier d'une bonne raison auprès de la police municipale pour obtenir un port d'arme. Malgré ces précautions, le rapport met en lumière la négligence des forces de l'ordre à procéder à une surveillance adéquate des flux d'armes.

En savoir plus : L'assassinat en direct de deux journalistes relance le débat sur le contrôle des armes aux USA

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales