Angela Merkel met en garde contre «la montée du racisme et la propagation de la haine» en Europe

- Avec AFP

Angela Merkel met en garde contre «la montée du racisme et la propagation de la haine» en Europe© KACPER PEMPEL Source: Reuters
Angela Merkel, en visite à Auschwitz le 6 décembre.

La mémoire des crimes nazis est «inséparable» de l'identité allemande, selon la chancelière Angela Merkel qui visitait Auschwitz emplie d'une «profonde honte». Elle s’inquiète aussi de la montée du racisme en Europe.

Le 6 décembre, Angela Merkel a visité le camp d'Auschwitz, déclarant que la mémoire des crimes nazis était «inséparable» de l'identité allemande. Sa première visite de ce site, symbole plus que tout autre de l'extermination des juifs en Europe, intervient au moment où l'antisémitisme connaît une résurgence en Allemagne et où une partie de la droite radicale, qui siège depuis deux ans au Bundestag, prône la fin de la culture du repentir.

Etre conscient de cette responsabilité est une part de notre identité nationale

«Se souvenir des crimes, nommer leurs auteurs et rendre aux victimes un hommage digne, c'est une responsabilité qui ne cesse jamais. Ce n'est pas négociable. Et c'est inséparable de notre pays. Etre conscient de cette responsabilité est une part de notre identité nationale», a martelé la chancelière, première dirigeante d'un gouvernement allemand à se rendre à Auschwitz depuis près de 25 ans.

La voix altérée par l'émotion, elle a insisté sur le fait qu'il était «important» de rendre à Auschwitz. Situé dans l'actuelle Pologne, le camp était dans une région «annexée en octobre 1939 par le Reich» allemand. «Il est important de nommer clairement les criminels. Nous, les Allemands, le devons aux victimes et à nous-mêmes», a-t-elle déclaré.

Comme lors de son intervention historique en 2008 à la Knesset, la chambre des députés israéliens, la chancelière a insisté sur la «honte profonde» qui l'habite et que ressentent les Allemands vis-à-vis des crimes du IIIe Reich.

Elle a aussi mis en garde contre «la montée du racisme et la propagation de la haine», ainsi que contre l'antisémitisme qui menace les communautés juives en Allemagne, en Europe et dans le monde entier.

Une inquiétude partagée par Ronald Lauder, président du Congrès juif mondial, qui accompagnait Angela Merkel. «L'antisémitisme reste une force perverse et résurgente dans le monde aujourd'hui, ce qui rend l'enseignement de l'Holocauste plus important que jamais», a-t-il souligné.

La chancelière était accompagnée pour ce déplacement par le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki, et par un survivant d'Auschwitz, Bogdan Bartnikowski, 87 ans, ainsi que par des représentants de la communauté juive.

Lire aussi : Rafle du Vieux-Port à Marseille en 1943 : une enquête est ouverte pour «crimes contre l'humanité»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»