«Maintenir la neutralité militaire» : la Serbie annonce qu’elle ne rejoindra ni l’OTAN, ni l’OTSC

«Maintenir la neutralité militaire» : la Serbie annonce qu’elle ne rejoindra ni l’OTAN, ni l’OTSC© Andrej Isakovic Source: AFP
Le président serbe, Alexandar Vucic, lors d'une conférence de presse, le 19 octobre 2019, à Belgrade, en Serbie (image d'illustration).

Le président serbe Alexandar Vucic a assuré que Belgrade ne rejoindrait aucune alliance militaire, que ce soit l'OTAN ou l'OTSC. Il a insisté sur le fait que son pays conserverait ses liens étroits avec Moscou, parlant de «relations fraternelles».

Lors d’une conférence de presse tenue le 21 novembre, rapportée par l'agence TASS, le président serbe, Alexandar Vucic, a assuré de façon très claire qu’il n’était pas envisageable que la Serbie rejoigne une alliance militaire, que ce soit l’OTAN ou l’OTSC (Organisation du traité de sécurité collective, organisation politico-militaire dont le siège est à Moscou et comprenant plusieurs anciennes républiques soviétiques). Dans le même temps, il a souligné que Belgrade conserverait ses liens avec la Russie : «Nous ne changerons pas notre politique avec la Russie. Nous restons dans des relations fraternelles.»

«La pression est grande sur le pays [et] sur l’industrie de la défense», a-t-il indiqué, réitérant que la Serbie n’allait malgré tout «pas changer de positionnement». Alexandar Vucic a expliqué vouloir se battre pour «maintenir la neutralité militaire» de Belgrade, afin de défendre l'espace aérien et le territoire serbe, ainsi que pour «renforcer les services de renseignement et de contre-espionnage», arguant que le pays n’en sortirait que «plus fort».

Le chef d'Etat a également annoncé qu’il promulguerait, dans les deux prochains mois, un «acte juridique général confirmant la voie de neutralité militaire de la politique intérieure et étrangère» de la république balkanique.

Alexandar Vucic est attendu en Russie le 4 décembre pour y rencontrer son homologue russe. La Serbie demeure le principal allié de la Russie dans les Balkans, Moscou ne reconnaissant pas, par exemple, l’indépendance du Kosovo proclamée, sans l’assentiment de Belgrade, en 2008.

Les relations entre les deux pays sont mises à l'épreuve depuis quelques jours, après la diffusion d'une vidéo semblant montrer un agent russe en train de remettre de l'argent à un homme non identifié en Serbie. Alexandar Vucic a confirmé que des membres des services secrets russes avaient approché, depuis 2017, des responsables militaires serbes, l’un d’eux ayant remis «trois fois» de l’argent à plusieurs sources. Il a indiqué que les services secrets serbes avaient en leur possession la preuve de contacts entre d’«autres membres des services de renseignement russes [et] des membres de structures militaires serbes». Une enquête a été ouverte par les services serbes de renseignement.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a de son côté dit espérer que cette affaire ne nuirait pas aux relations «fraternelles» entre les deux pays. «D'abord, nous ne savons rien de cet incident et il faut l'éclaircir», a-t-il déclaré aux journalistes: «Je suis persuadé que les relations entre la Russie et la Serbie ont un caractère particulier, un caractère de partenariat, fraternel, d'alliés, et que rien ne peut les influencer.»

Lire aussi : Le Ghana retire sa reconnaissance diplomatique du Kosovo

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»