«Mal rangée» : Emmanuel Macron juge que l'Union européenne n'est pas prête à accueillir la Serbie

«Mal rangée» : Emmanuel Macron juge que l'Union européenne n'est pas prête à accueillir la Serbie© Djordje Kojadinovic Source: Reuters
Le président français Emmanuel Macron et son homologue serbe Aleksandar Vucic à Belgrade le 15 juillet 2019.
Suivez RT France surTelegram

En visite officielle à Belgrade, le président français a estimé que l'adhésion de la Serbie à l'Union européenne n'était pas imminente : selon lui, ni Bruxelles, ni Belgrade ne sont encore prêts à cela.

Emmanuel Macron entamait ce 15 juillet une visite officielle à Belgrade, en Serbie, pour tenter de renforcer le rôle de la France dans les Balkans.

A cette occasion, le président de la République s'est exprimé sur le processus d'adhésion de la Serbie à l'Union européenne. Lors d'une conférence de presse avec son homologue Aleksandar Vucic, le chef d'Etat français a déclaré que «la Serbie a[vait] vocation à rejoindre l'Union européenne». Or, selon lui, ni l'UE ni Belgrade ne sont prêts à cela. 

«La Serbie est une grande nation européenne», selon le président français, qui a souligné l'«ancrage» de la nation balkanique en Europe. Mais les conditions ne sont pas encore adéquates. «Je pense aujourd'hui que l'Union européenne est mal rangée, je vous le dis en toute sincérité. Je pense que l'Union européenne fonctionne très mal à 28 et je pense qu'il faut avant [...] [que] nous fassions très rapidement les choix pour avoir une Union européenne qui fonctionne beaucoup mieux – qui sache prendre plus vite des décisions et être une vraie puissance souveraine quand elle regarde la Chine ou les Etats-Unis d'Amérique», a-t-il déclaré. Et d'en déduire : «Nous avons les uns et les autres du travail à faire». 

Parallèlement aux réformes que la Serbie «devra mener» pour rendre possible son adhésion, l'UE sera donc tenue de «se réformer pour être prête à l’accueillir».

Tout en saluant la coopération bilatérale avec la France, Aleksandar Vucic a relevé de son côté que ce qui comptait aux yeux des Serbes était de «faire les réformes» dans le pays, d'«améliorer la situation» pour les citoyens serbes et de «faire progresser [l'] économie» nationale. 

Lire aussi : France-Serbie : retour sur plusieurs mois de vexations, par Alexis Troude

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix