Bolivie : le président Evo Morales condamne l'occupation de deux médias publics par des manifestants

- Avec AFP

Bolivie : le président Evo Morales condamne l'occupation de deux médias publics par des manifestants© David Mercado Source: Reuters
Une manifestation anti-Evo Morales à La Paz, le 9 novembre (image d'illustration)

Le chef de l'exécutif bolivien a condamné l'occupation des sièges de deux médias publics, par des manifestants qui contestent sa réélection. «Ils disent défendre la démocratie, mais ils agissent comme en dictature», a accusé Evo Morales.

«Ils disent défendre la démocratie, mais ils agissent comme en dictature» : c'est en ces termes que le président bolivien Evo Morales a condamné, le 9 novembre sur Twitter, l'occupation par des manifestants des sièges des deux médias publics, à La Paz, la capitale du pays.

Le 9 novembre, une foule hostile au chef d'Etat, qui refuse de reconnaître sa réélection, occupait les sièges de la télévision Bolivia TV et de Radio Patria Nueva, contraignant leurs employés à quitter les lieux. «Nous avons été chassés par la force après avoir reçu des menaces de personnes qui s'étaient rassemblées [devant l'immeuble dans lequel se trouvent ces deux médias]», a déclaré par téléphone à l'AFP Ivan Maldonado, le directeur de Radio Patria Nueva.

Plusieurs dizaines d'employés ont été vus en train de quitter le bâtiment en se tenant par les mains et sous les insultes de quelque 300 personnes rassemblées sur place, qui les accusent de servir les intérêts du gouvernement d'Evo Morales.

A la suite de leur occupation, Bolivia TV et Radio Patria Nueva ne diffusaient plus que de la musique.

L'opposition refuse de reconnaître la réélection d'Evo Morales car elle prétend que le scrutin présidentiel du 20 octobre qui lui a donné un quatrième mandat a été entaché de fraude.

Une radio de syndicat également envahie

Peu après l'occupation des deux médias publics, une radio du syndicat paysan CSUTCB à La Paz a également été envahie par des manifestants, selon un autre tweet du président de gauche. «En ma condition d'adhérent à la CSUCTB, organisation essentielle du mouvement indigène et paysan, je dénonce l'attaque lâche et sauvage contre la radio de cette confédération», a tweeté le chef d'Etat. «Dans le style des dictatures militaires, les putschistes attaquent des sièges syndicaux», a-t-il ajouté.

Lire aussi : Bolivie : aspergée de peinture, ses cheveux coupés, une maire humiliée par des opposants à Morales

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»