Une Travailliste britannique présente ses excuses pour avoir souhaité la mort de Bush et Netanyahou

Une Travailliste britannique présente ses excuses pour avoir souhaité la mort de Bush et Netanyahou© Capture d'écran Twitter, @zarahsultana
Zarah Sultana, candidate travailliste aux législatives de décembre au Royaume-Uni.

A l'approche des législatives au Royaume-Uni, le Jewish Chronicle a exhumé des tweets d'une candidate du Labour, dans laquelle elle suggérait souhaiter la mort de George W. Bush, Tony Blair et Benjamin Netanyahou. Elle a depuis présenté des excuses.

Petite polémique au Royaume-Uni : une candidate du parti travailliste pour les élections législatives anticipées de décembre, a présenté ses excuses pour d'anciens tweets polémiques qui venaient de refaire surface.

Le 4 novembre, le journal basé à Londres The Jewish Chronicle a épinglé des tweets datant de janvier 2015 de Zarah Sultana, fraîchement désignée candidate dans une circonscription des West Midlands (centre de l'Angleterre). Selon la capture d'écran d'un de ces tweets, Zarah Sultana déclarait : «Ne "célébrez" la mort de personne, quoi que cette personne ait fait." Essayez de m'en empêcher quand des Blair, des Netayahou et des Bush mourront», le tout accompagné d'emojis festifs.

La jeune femme, qui selon The Jewish Chronicle était étudiante à l'université de Birmingham et faisait partie des responsables nationaux de la section jeunesse du parti travailliste, avait également écrit sur les réseaux sociaux, d'après la même source : «Plus tôt ils rencontreront leur créateur, mieux [ce sera]. Les concepts de justice et de responsabilité n'existent pas véritablement dans cette vie. Seulement dans la prochaine.»

Une Travailliste britannique présente ses excuses pour avoir souhaité la mort de Bush et Netanyahou© Capture d'écran, thejc.com
Un tweet de 2015 Zarah Sultana, épinglé par The Jewish Chronicle.

Le journal a également déterré une ancienne conversation sur Facebook. Dans celle-ci, Zarah Sultana revenait sur un message dans lequel elle soutenait le droit des Palestiniens à la «résistance pacifique». «J'ai écrit "droit à la résistance non-violente" [...] Je voulais écrire "résistance violente"», rectifiait-t-elle.

Précisions sur Israël, dans un contexte d'accusations d'antisémitisme visant le Labour

L'exposition de ces anciens messages a suffisamment fait de bruit pour que la candidate du Labour se justifie sur Twitter, ce 5 novembre. «J'ai publié ces tweets il y a cinq ans, lorsque j'étais étudiante, avec un compte que j'ai supprimé depuis. J'ai écrit cela par frustration, plutôt que par malveillance, en réponse au cycle sans fin de souffrance, de violence et de meurtres inutiles résultant de décisions prises par des leaders politiques», écrit Zarah Sultana. Elle précise : «En particulier, la guerre d'Irak et le meurtre de 2 000 Palestiniens en 2014, pour la plupart civils, condamnés par les Nations Unies.» 

La guerre d'Irak a été déclenchée par le président américain d'alors George W. Bush et ralliée, notamment, par Tony Blair, Premier ministre britannique... travailliste. Le «meurtre de 2 000 Palestiniens en 2014» fait référence à l'opération israélienne «Bordure protectrice» à Gaza, qui a fait 2 251 morts du côté palestinien, pour la plupart des civils, et 74 du côté israélien, quasiment tous des soldats, selon un décompte de l'AFP. Le chef du gouvernement israélien était alors Benjamin Netanyahou. 

La militante travailliste explique également sur Twitter ne pas soutenir la violence, déclare qu'elle n'aurait pas dû «exprimer sa colère de cette manière» et présente ses excuses pour cela. Dans deux tweets, elle se justifie en outre sur son rapport à Israël : «La critique d'Israël n'est, bien sûr, pas antisémite en soit. Et je pense que la confusion entre les actions et les politiques du gouvernement israélien d'une part et les actions des Juifs d'autre part peut constituer une forme d'antisémitisme.» Et d'expliquer encore : «Par le passé, j'ai parfois était négligente dans ma manière d'exprimer ma détresse face à la situation en Palestine [...] J'ai depuis accru mes connaissances sur les différentes significations que peut revêtir le sionisme pour des personnes différentes  et je m'engagerais dans des discussions sur le sujet d'une manière très différente aujourd'hui.»

Ces précisions revêtent une importance particulière dans le contexte britannique : le parti Labour dont fait partie Zarah Sultana, et son chef de file Jeremy Corbyn, ont été visés dans des accusations d'antisémitisme ces deux dernières années. En mars dernier, la police britannique avait annoncé avoir procédé à trois arrestations dans le cadre d'une enquête portant sur des messages antisémites qui auraient été postés sur les réseaux sociaux par des membres du parti travailliste. Un porte-parole du parti travailliste avait alors déclaré : «Nous saluons la police qui enquête sur les crimes présumés de ces personnes. L'antisémitisme n'a pas sa place dans notre société et nous nous engageons à le contester et à faire campagne contre lui sous toutes ses formes.»

Lire aussi : Que reproche-t-on à Jeremy Corbyn, leader de l'opposition britannique accusé d'antisémitisme ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»