Les Etats-Unis placent neuf proches du guide suprême iranien sur liste noire

Les Etats-Unis placent neuf proches du guide suprême iranien sur liste noire© HO / Iranian Supreme Leader's Website Source: AFP
Ali Khamenei assiste à une remise de diplômes aux cadets militaire à Téhéran, le 30 octobre 2019.

Le Trésor américain a placé, ce 4 novembre, neuf proches de l'ayatollah Ali Khamenei sur liste noire. Une décision qui intervient alors que l'Iran célèbre le 40e anniversaire de la prise d'otages de l'ambassade américaine à Téhéran.

Ce 4 novembre, à l’occasion du 40e anniversaire de la prise d'otages de l'ambassade des Etats-Unis à Téhéran, le Trésor américain a annoncé le placement sur une liste noire de neuf personnes réputées proches de l’ayatollah Ali Khamenei. Selon Washington, tous occupent des postes clés au sein de différentes institutions iraniennes. «Cette mesure réduit encore davantage la capacité du guide suprême [iranien] à mettre en œuvre sa politique de terreur et d'oppression», a déclaré le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin dans un communiqué, affirmant dans la foulée que les personnes visées étaient «liées à un grand nombre d'actes néfastes menés par le régime».

Le second fils du guide suprême iranien dans le collimateur de Washington

Cette mesure impose à plusieurs responsables nommés par Ali Khamenei des mesures punitives, dont le gel de leurs avoirs. Figure notamment dans cette liste le second fils du guide suprême iranien, Mojtaba, accusé de poursuivre le travail de «déstabilisation régionale» entamé selon Washington par son père.  

Cette décision intervient alors que l’Iran a été le théâtre, ce même 4 octobre, d’importantes manifestations dans le cadre des célébrations de la prise d'otages de l'ambassade américaine à Téhéran, incident diplomatique qui allait déboucher sur une série de tensions dans les relations entre les Etats-Unis et l’Iran.

Devant l’ancienne représentation diplomatique américaine, des milliers de manifestants ont notamment scandé «Mort à l’Amérique» et «Mort à Israël» et brûlé des drapeaux américains. D’autres ont brandi à cette occasion des pancartes fustigeant le président américain Donald Trump et sa politique étrangère, notamment à l'égard de l'Iran

Lire aussi : De la chute de Mossadegh à Donald Trump : 65 ans de relations tumultueuses irano-américaines

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»