Les patrouilles russo-turques ont débuté dans le nord de la Syrie

Les patrouilles russo-turques ont débuté dans le nord de la Syrie© Ministère turc de la Défense
images
Les patrouilles russo-turques le long de la frontière avec la Syrie, le 1er novembre.

Comme convenu le 22 octobre à Sotchi par Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan, les patrouilles communes dans le nord de la Syrie ont débuté le 1er novembre près de Derbassiyé. Leur objectif est d'instaurer une «zone de sécurité» de 30 kilomètres.

La Russie et la Turquie ont débuté, le 1er novembre, leurs patrouilles communes dans le nord de la Syrie afin de s’assurer du retrait total des troupes kurdes de la zone frontalière turco-syrienne, comme convenu lors d’une entrevue entre Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine le 22 octobre dernier à Sotchi.

Ces patrouilles, composées de la police militaire russe et des gardes-frontières turcs, ont commencé dans la matinée à proximité du village de Derbassiyé, depuis le côté turc de la frontière, comme on peut le constater sur ces images relayées par l’agence Ruptly.

Un communiqué de presse mis en ligne sur Twitter le 1er novembre par le ministère turc de la Défense a confirmé que «les première patrouilles communes russo-turques avec des unités terrestres [étaient] en cours dans le nord-est de la Syrie conformément à l’accord de Sotchi».

Dans un autre document publié dans la journée, le ministère a souligné que «la première patrouille conjointe menée par des éléments militaires turcs et russes et des drones à Derbassiyé» s’était «déroulée comme prévu», ajoutant qu’elle avait été menée par «huit véhicules terrestres, quatre de chaque côté, ainsi que par des drones». Toujours selon les autorités turques, les troupes ont effectué une patrouille de 87 kilomètres de long sur une bande de 10 kilomètres le long de la frontière.

Les patrouilles russo-turques ont débuté dans le nord de la Syrie© Capture d'écran/Ruptly

Comme on peut s’en rendre compte sur ces images, les colonnes de véhicules blindés n’arboraient aucun drapeau.

Les patrouilles russo-turques ont débuté dans le nord de la Syrie© Capture d'écran/Ruptly

L’objectif de ces patrouilles est la mise en place d’une «zone de sécurité» d’une trentaine de kilomètres de profondeur entre la frontière syrienne et turque. Ankara souhaite en effet interdire la zone aux Kurdes des Unités de protection du peuple (YPG) qu’elle considère comme des terroristes. La Turquie avait d’ailleurs lancé, le 9 octobre, une offensive contre les Kurdes, baptisée Source de paix, au cours de laquelle elle avait pris le contrôle d’une bande frontalière de 120 kilomètres entre les villes de Tal Abyad et de Ras al-Aïn.

Ce n’est qu’à la faveur d’un accord conclu entre Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine, le 22 octobre à Sotchi, que la Turquie avait accepté de cesser son opération, Moscou s’étant engagé à faire partir les YPG de la région ainsi qu’à lancer ces patrouilles conjointes. La Russie avait annoncé, le 29 octobre, que le retrait des forces kurdes s’était déroulé plus rapidement que prévu.

Si cet accord a permis une désescalade momentanée, la région frontalière entre la Turquie et la Syrie est une véritable poudrière. En plus des Turcs et des Russes, l'armée régulière syrienne s'est également positionnée dans la région après avoir été appelée au secours par les Kurdes. Par ailleurs, selon l'AFP, un convoi de cinq véhicules américains a été aperçu à une centaine de kilomètres de Derbassiyé. Néanmoins, il pourrait s'agir de troupes se retirant du nord de la Syrie, à la demande de Donald Trump, pour rejoindre et «protéger» les champs pétroliers de la région de Deir ez-Zor, les plus importants du pays.

Lire aussi : Deux collectifs de Kurdes syriens dénoncent la «passivité» et l’«impuissance» de Paris

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»