L'Etat indien change le statut et divise l'Etat majoritairement musulman du Jammu-et-Cachemire

- Avec AFP

L'Etat indien change le statut et divise l'Etat majoritairement musulman du Jammu-et-Cachemire© STRINGER Source: Reuters
Manifestation de soutien aux habitants du Jammu-et-Cachemire organisée au Pakistan le 6 octobre par le Front de libération du Jammu-et-Cachemire (JKLF) (image d'illustration).

L'Etat indien du Jammu-et-Cachemire a été divisé en deux territoires administratifs distincts, placés sous une tutelle plus étroite de New Delhi, trois mois après la reprise en main brutale de cette région poudrière.

Depuis le 31 octobre, le Cachemire indien est désormais composé des «territoires de l'Union» du Jammu-et-Cachemire et du Ladakh, un statut inférieur à celui d'Etat fédéré que possédait la région jusqu'ici. Ce changement confère un plus grand pouvoir au gouvernement central dans la gestion des affaires locales.

Cette région himalayenne à majorité musulmane disputée avec le Pakistan, où l'Inde fait face à une longue insurrection séparatiste, vit sous une chape de plomb sécuritaire depuis la révocation soudaine début août par le gouvernement nationaliste hindou de son autonomie constitutionnelle.

Le nouveau Jammu-et-Cachemire regroupe dorénavant la vallée à majorité musulmane de Srinagar et, au sud du pays, les plaines à prédominance hindoue de Jammu. Celui du Ladakh comprend le désert en haute altitude à majorité bouddhiste, frontalier de la Chine.

Autonomie locale restreinte 

Le Jammu-et-Cachemire conservera une assemblée législative et un chef de gouvernement local, mais aux prérogatives rognées par rapport à ses prédécesseurs et qui devra travailler avec un lieutenant-gouverneur nommé par New Delhi. Un statut équivalent à celui de la petite ville de Pondichéry.

Le Ladakh sera lui directement dirigé par un lieutenant-gouverneur. Les administrateurs des deux régions prêtaient serment jeudi à Srinagar et Leh lors de cérémonies discrètes et sous haute garde.

Par crainte d'un soulèvement de la population en réaction à la révocation du statut du Jammu-et-Cachemire et sa dislocation, l'Inde a imposé depuis août des restrictions draconiennes dans la vallée de Srinagar. Les restrictions de déplacements pour les habitants ont depuis été assouplies, une partie des lignes téléphoniques est aujourd'hui rétablie mais la population reste coupée d'internet depuis près de trois mois.

Des eurodéputés RN au Jammu-et-Cachemire 

Une délégation d'eurodéputés, majoritairement issus des partis nationalistes ou souverainistes, a effectué cette semaine une visite contestée par leurs détracteurs dans cette zone hautement militarisée. Parmi eux notamment cinq élus du Rassemblement national (RN), de leurs alliés italien de la Ligue et Allemands de l'AfD, du parti polonais Droit et justice ou encore des Britanniques du Parti du Brexit.

L'eurodéputé RN Therry Mariani, présent dans la délégation, a salué la politique du président Narendra Modi le 28 octobre sur Twitter : «Réélu largement en mai 2019, il prouve qu’un politique mettant en priorité l’intérêt national peut assurer la croissance du niveau de vie et renforcer la sécurité, comme le montre sa décision sur le Cachemire.»

La visite a notamment été dénoncée comme une «opération de relations publiques» du Premier ministre Narendra Modi. Journalistes étrangers et responsables de l'opposition ne peuvent pas se rendre au Cachemire indien. La plupart des responsables politiques locaux sont en détention.

Lire aussi : Emmanuel Macron souhaite que l’Inde devienne membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»