Ingérence ? La Turquie condamne le vote du Sénat français au sujet du voile islamique

- Avec AFP

Ingérence ? La Turquie condamne le vote du Sénat français au sujet du voile islamique Source: AFP
Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, donne une conférence de presse à Ankara le 25 juillet 2015.

La Turquie a annoncé ce 31 octobre qu’elle condamnait la décision du Sénat français visant à interdire le port du voile aux parents accompagnant les sorties scolaires, considérant ce texte comme discriminatoire.

Ce 31 octobre, la Turquie a condamné et qualifié de discriminatoire le texte voté par le Sénat français visant à interdire aux parents accompagnant des sorties scolaires de porter des signes ostentatoires religieux, dont fait partie le voile islamique. Dans un communiqué, le ministère turc des Affaires étrangères a déclaré que ce texte était «le dernier exemple en date des discriminations et d'une approche tendant à marginaliser les musulmans».

Il aurait été plus bénéfique de prendre des mesures pour combattre l'islamophobie

Pays officiellement laïque, la Turquie du président islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan se pose comme le défenseur des droits des musulmans dans le monde. «Il aurait été plus bénéfique de prendre des mesures pour combattre l'islamophobie», a ajouté le ministère turc, estimant que le texte adopté au Sénat «viole l'un des droits fondamentaux les plus basiques».

En mars 2017, Recep Erdogan avait accusé la justice européenne de lancer «une croisade» contre l'islam après un arrêt autorisant une entreprise à interdire le port du voile au travail. Depuis 2003, ses gouvernements ont progressivement annulé l'interdiction du port du voile dans les institutions, autorisant les femmes à être voilées dans les universités et au Parlement et, ces dernières années, dans la fonction publique et les lycées, au grand dam des tenants de la République laïque fondée en 1923 par Mustafa Kemal Atatürk. 

La proposition de loi visant à interdire le port de signes religieux aux parents accompagnant les sorties scolaires a été présentée au Sénat français par l'opposition de droite et adoptée le 29 octobre au terme d'un débat passionné de près de cinq heures, alors que la France est en pleine réflexion sur la place et l'organisation de l'islam. L'examen de ce texte jugé controversé a été maintenu malgré les appels à gauche et dans la majorité à y renoncer, au lendemain de l'attaque contre une mosquée à Bayonne commise par un ancien candidat FN et qui a fait deux blessés graves. La proposition de loi a toutefois peu de chances d'être adoptée par l'Assemblée nationale, dominée par la majorité présidentielle.

Lire aussi : Burkini, voile et autres «signes» : quels sont les pays européens les plus restrictifs?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»