Accusée par WhatsApp d’espionnage, une société israélienne dans le collimateur de la justice

Accusée par WhatsApp d’espionnage, une société israélienne dans le collimateur de la justice© STAN HONDA Source: AFP
Un message de bienvenue de l'application WhatsApp s'affiche sur l'écran d'un téléphone portable de marque Samsung (image d'illustration).

Le groupe NSO, une société israélienne spécialisée dans les logiciels d’espionnage, fait l’objet d’une plainte déposée par WhatsApp. L'application de messagerie cryptée avait déclaré quelques mois plus tôt avoir été infectée par un logiciel espion.

La célèbre application de messagerie cryptée, WhatsApp, a annoncé ce 29 octobre qu’elle avait déposé plainte contre la société NSO. Cette dernière, spécialisée dans la conception de logiciel espions, est notamment accusée d’aider les gouvernements de plusieurs pays à collecter des informations de militants associatifs ou encore de journalistes. 

En mai dernier, l’application détenue par Facebook avait révélé qu'une faille informatique avait permis à un logiciel espion de la société NSO d’accéder au contenu de nombreux smartphones. Les pirates ont, selon elle, réussi leur opération en appelant simplement les usagers de l'application utilisée par 1,5 milliard de personnes à travers le monde. 

«Après des mois d'enquête, nous pouvons dire qui a mené cette attaque», a affirmé le patron de Whatsapp, Will Cathcart, dans un éditorial publié dans le Washington Post. Il a notamment accusé NSO d'avoir ciblé «100 défenseurs des droits de l'homme, journalistes et autres membres de la société civile dans le monde».

Cette accusation n'est pas sans faire écho aux déclarations fracassantes faites en novembre 2018 par le lanceur d'alerte Edward Snowden et l'institut de recherche canadien Citizen Lab. Ces derniers avaient alors affirmé qu'un logiciel espion de la société NSO, nommé Pegasus, avait été utilisé par les services saoudiens pour tracer le journaliste Jamal Khashoggi.

D'une efficacité redoutable, le virus Pegasus aurait été installé sur le téléphone d'Omar Abdulaziz, un autre dissident saoudien exilé au Canada qui était en relation étroite avec Jamal Khashoggi. 

Lire aussi : Censure : après la loi sur l'information, Macron veut encore plus de contrôle de la «vérité»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»