L’affaire Philippe Delpal : le banquier français reste en résidence surveillée en Russie

L’affaire Philippe Delpal : le banquier français reste en résidence surveillée en Russie© Ramil Sitdikov Source: Sputnik
Le banquier français Philippe Delpal au tribunal de Moscou le 15 février 2019.

Accusés par leurs partenaires d'avoir détourné 33 millions d’euros, le banquier français Philippe Delpal et l’investisseur américain Michael Calvey – emprisonnés en Russie – resteront en résidence surveillée. Leur pourvoi en cassation a été rejeté.

L'homme d'affaires américain Michael Calvey, fondateur du fonds d'investissement Baring Vostok, et son partenaire commercial dans le secteur financier, le Français Philippe Delpal, resteront en résidence surveillée. Cette décision du tribunal de Moscou a été prise après l’examen d’une plainte relative à une mesure préventive contre les accusés dans une affaire de fraude criminelle.

Par conséquent, la décision du 9 octobre du tribunal de Moscou est restée inchangée, le pourvoi en cassation de la défense a été rejeté. À la demande de l'enquête, le tribunal a prolongé la détention à domicile de Michael Calvey et Philippe Delpal jusqu'au 13 janvier 2020.

En outre, le tribunal de première instance a refusé à la défense et aux accusés de modifier la mesure préventive prévoyant une caution de cinq millions de roubles [70 475 euros] chacun ou l'interdiction de certaines actions.

Qui sont Philippe Delpal et Michael Calvey ?

Vivant depuis une quinzaine d'années en Russie avec femme et enfants, Philippe Delpal a été placé en détention provisoire en février dernier. L'homme d'affaires est accusés par ses partenaires, avec l'Américain Michael Calvey, fondateur et directeur de Baring Vostok, un des fonds d'investissement les plus importants en Russie, d'avoir détourné au moins 2,5 milliards de roubles (environ 33 millions d’euros) au détriment de la banque russe Vostotchny.

Philippe Delpal a de son côté toujours plaidé son innocence, évoquant un banal conflit financier pour lequel ses accusateurs ont été déboutés devant une cour d’arbitrage à Londres.

Il a été libéré le 15 août et placé en résidence surveillée quelques jours avant la visite de Vladimir Poutine en France au fort de Brégançon.

Le chef d'Etat russe avait, dès l'arrestation de l'homme d'affaire en février 2019 conseillé à la justice de limiter les détentions provisoires dans ce type d'affaires. «Lorsqu'on enquête sur des affaires économiques, il est nécessaire de limiter strictement les motifs de prolongation à répétition des durées de détention», avait-il préconisé

Vladimir Poutine avait par ailleurs déclaré que les «entreprises honnêtes» étrangères, ne devaient «pas se sentir constamment menacées» par des procédures judiciaires, et ce dans l'intérêt économique du pays. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»