Assange comparaît en personne devant la justice britannique, des Gilets jaunes répondent présent

Auteur: RT France

Un juge a ordonné au fondateur de Wikileaks de comparaître devant le tribunal pour décider de son éventuelle remise en liberté provisoire alors qu'il est menacé d'extradition vers les Etats-Unis. 120 Français ont fait le déplacement pour le soutenir.

Nouvel épisode dans la saga judiciaire de Julian Assange, toujours menacé d'extradition vers les Etats-Unis, où il risque 175 années d'emprisonnement pour avoir divulgué sur son site des documents confidentiels. Le fondateur de Wikileaks devra comparaître en personne devant le tribunal pour une audience consacrée à son éventuelle remise en liberté provisoire. Selon les informations du Parisien qui cite Juan Branco, conseiller juridique en France du journaliste australien, «la séance devrait également servir à fixer une date pour une audience d'extradition.»

L'auteur de Crépuscule est accompagné de 120 personnes, dont certaines se revendiquant des Gilets jaunes selon cette même source, qui ont fait le déplacement pour aller soutenir Julian Assange devant le tribunal à Londres. Les Gilets jaunes Maxime Nicolle et Philippe Pascot, ainsi que l'artiste Voltuan, sont également du voyage. Deux cars affrétés à cet effet sont partis de Paris le 20 octobre. Une initiative similaire avait déjà été entreprise au mois de mai 2019, le reporter de RT France ayant alors suivi ce cortège en immersion.

Julian Assange comparaît pour la première fois en personne devant une cour de justice britannique. Le 11 octobre, il avait comparu par visioconférence depuis la prison de haute sécurité de Belmarsh au Royaume-Uni.

Des images exclusives de l'agence vidéo Ruptly montrent le lanceur d'alerte dans un fourgon cellulaire.

Auteur: RT France

La défense de Julian Assange compte faire valoir le mauvais état de santé de ce dernier pour obtenir sa remise en liberté provisoire en attente de l'audience du 28 février 2020 consacrée à son éventuelle extradition vers les Etats-Unis. En 2012, l'Australien, qui faisait l'objet de poursuites en Suède pour viol, s'était réfugié dans l'ambassade d'Equateur à Londres pour éviter d'être extradé vers la Suède ou vers les Etats-Unis.

Après sept années passées dans la représentation diplomatique équatorienne, il en avait été délogé par la police britannique le 11 avril, avec l'autorisation de Quito. Il avait été placé en détention dans la foulée et condamné début mai à une peine de 50 semaines de prison pour violation des conditions de liberté provisoire. Au mois de mai, le parquet suédois avait annoncé la réouverture de l'enquête pour viol contre Julian Assange, alors que ces poursuites avaient été abandonnées en 2017.

Auteur: RT France

Lire aussi : Julian Assange accepterait de répondre à la justice suédoise mais craint une extradition aux USA

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»