Crash du MH17: le Parlement des Pays-Bas vote à l'unanimité pour enquêter sur le rôle de l'Ukraine

Crash du MH17: le Parlement des Pays-Bas vote à l'unanimité pour enquêter sur le rôle de l'Ukraine© MAXIM ZMEYEV Source: Reuters
Un membre du ministère des Situations d'urgence se rend sur le lieu du crash du Boeing 777 de Malaysia Airlines près de Grabove, dans la région de Donetsk.

Les députés néerlandais se sont prononcés en faveur de l'initiative d'enquêter sur le rôle de Kiev dans le crash de MH17. Le gouvernement devra se pencher sur la question de savoir pourquoi l'espace aérien au-dessus du Donbass n'était pas fermé.

Le Parlement néerlandais a approuvé la demande adressée au gouvernement de définir le rôle de l'Ukraine dans le crash du vol MH17 de Malaysia Airlines, en juillet 2014, avec 298 personnes à bord au-dessus du Donbass, selon l’information sur le site de l'organe législatif du pays.

Le 1er octobre la Chambre des représentants du Parlement néerlandais a soulevé cette question. A l'origine de la demande, le député du Parti démocrate-chrétien, Chris van Dam. «Le temps presse. Les souvenirs disparaissent, les données sont perdues», a déclaré le parlementaire cité par RTL Niews. «L'importance d'une enquête approfondie sur la fermeture de l'espace aérien au-dessus de l'est de l'Ukraine dépasse le simple cadre de la responsabilité de l'État», a-t-il ajouté.

Après le vote au Parlement, Chris van Dam a publié un message sur son compte Twitter : «La suite de l'enquête sur le fait que l'espace aérien au-dessus de l'Ukraine n'a pas été bloqué, est approuvée à l'unanimité.»

Kiev n'a pas tardé à réagir. Le chef de la Commission des Affaires étrangères de la Rada (le parlement ukrainien), Bohdan Yaremenko, a de son côté écrit, le 9 octobre, sur sa page Facebook : «Nous devons aider. L'Ukraine doit coopérer calmement, comme elle l'a fait depuis le début.»

Plus tôt, en commentant la proposition du Parlement néerlandais d’enquêter sur le rôle de l’Ukraine dans le crash du MH17, l'ambassadeur ukrainien aux Pays-Bas, Vsevolod Chentsov, a déclaré que son pays n'avait rien à cacher, comme le précise le média néerlandais NOS. Selon le diplomate, il faut tout d'abord déterminer qui a abattu le Boeing et pourquoi.

A Moscou, le sénateur russe Alekseï Pouchkov est d’un avis diffèrent. Sur son compte Twitter, il a mis en garde Kiev contre le danger que représenterait cette enquête. Le sénateur russe a notamment déclaré qu'une enquête approfondie risquerait de «révéler beaucoup de choses», sans donner davantage de détail.

Selon le journal NL Times, le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Stef Blok, a déclaré le 1er octobre qu'il ne voyait aucune raison de mener l'enquête, mais ne s'y était pas opposé. Il a également mis en garde contre les difficultés d'une telle enquête, car une coopération avec la Russie serait nécessaire. «Il s’agit également de leur espace aérien», a indiqué le ministre.

Le 17 juillet 2014, le Boeing 777 assurant le vol 17 de Malaysia Airlines, décollant d'Amsterdam (Pays-Bas) à destination de Kuala Lumpur (Malaisie), a été abattu au-dessus de l'est de l'Ukraine, avant de s'écraser dans la partie du pays tenue par les rebelles. Les 283 passagers, dont 196 Néerlandais, et les 15 membres de l'équipage à son bord ont péri. La plus grande partie de l'appareil a été retrouvée près du village de Grabove situé dans le Donbass. Cette région était alors, et est encore, le théâtre de combats sporadiques entre l'armée ukrainienne et les rebelles qui refusent de reconnaître le gouvernement issu du coup d'Etat de 2014.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»