Désengagement américain en Syrie : Donald Trump assure qu'il n'a pas «abandonné» les Kurdes

Désengagement américain en Syrie : Donald Trump assure qu'il n'a pas «abandonné» les Kurdes© Yuri Gripas Source: Reuters
Donald Trump lors du sommet du Young Black Leadership à la Maison Blanche, le 4 octobre 2019.

En annonçant un retrait de troupes américaines de Syrie, alors que la Turquie s'apprête à y intervenir, Donald Trump a suscité une levée de bouclier, y compris à l'étranger. Il a par la suite tenu à réaffirmer le soutien de Washington aux Kurdes.

Donald Trump a assuré le 8 octobre qu'il n'avait pas «abandonné» les Kurdes, ces «magnifiques combattants». «Nous sommes en train de quitter la Syrie mais nous n'avons absolument pas abandonné les Kurdes qui sont des gens formidables et de merveilleux combattants», a tweeté le président américain, précisant : «Nous aidons les Kurdes financièrement [et en leur fournissant des] armes», a-t-il ajouté.

Ces déclarations sur Twitter font suite au tollé soulevé par la double annonce américaine du retrait de troupes du nord de la Syrie et de la décision de laisser la Turquie intervenir en Syrie.

Le 6 octobre, la Maison Blanche avait annoncé dans un communiqué que la Turquie s'apprêtait à «mettre en œuvre son opération [militaire] prévue de longue date dans le nord de la Syrie». Dans ce communiqué, Washington affirmait également que les forces militaires américaines ne seraient pas dans la zone d'opération de l'armée turque.

Et le 7 octobre, Donald Trump avait fait part de son souhait de retirer des troupes américaines de Syrie, notamment à cause du coût que cela faisait peser sur l'économie américaine. Il avait ainsi affirmé : «Les Kurdes se sont battus avec nous, mais ont reçu une somme énorme d'argent et d'équipement pour le faire. Ils combattent la Turquie depuis des décennies [...]. Il est temps pour nous de sortir de ces guerres ridicules et sans fin, dont beaucoup sont tribales.»

Lire aussi : Syrie : pour Trump, il est temps que les Etats-Unis sortent de «ces guerres ridicules et sans fin»

Une volonté de désengagement américain qui ne passe pas

La classe politique américaine avait vivement réagi à ces annonces de désengagement américain – jusqu'au sein du camp républicain. Lindsey Graham, sénateur proche de l'administration en place, avait ainsi appelé le chef d'Etat américain à «revenir» sur sa «décision» de retirer des troupes de Syrie. Selon lui, «si ce plan est appliqué, j'introduirai une résolution au Sénat demandant à ce que l'on revienne sur cette décision. Je m'attends à ce qu'elle soit largement soutenue par les deux partis», avait prévenu l'élu républicain dans un tweet.

De même, le chef de file des républicains au Sénat américain, Mitch McConnell, avait annoncé qu'un retrait de la Syrie ne «pourrait que profiter» à la Russie, à l'Iran et au gouvernement syrien. Nikki Haley, ancienne ambassadrice des Etats-Unis à l'ONU, a estimé : «Les Kurdes ont joué un rôle crucial dans notre combat couronné de succès contre l'EI en Syrie. Les laisser mourir est une énorme erreur.»

Hors des Etats-Unis, Londres s'est déclaré «profondément préoccupé» par l'intervention militaire prévue par la Turquie en Syrie, avertissant qu'une «action unilatérale» pourrait «déstabiliser la région», dans une déclaration rapportée par l'AFP. La porte-parole du ministère français des Affaires étrangères a appelé «la Turquie à éviter une initiative qui irait à l'encontre des intérêts de la Coalition globale contre Daech dont elle fait partie.» La ministre des Armées, Florence Parly, a également fait état de craintes sur le fait que le retrait américain conduise à «renforcer plutôt qu'à éradiquer» l'organisation terroriste Daesh dans la région, selon des propos transmis par l'AFP.

Les Kurdes ont également regretté la décision américaine de retirer leurs troupes du nord de la Syrie. Mustafa Bali, directeur du bureau de presse des Forces démocratiques syriennes (FDS) dans le nord de la Syrie, a déploré la décision de Donald Trump de «paver la voie à l'invasion turque». Néanmoins, il a tenu à affirmer : «Les Américains sont de vrais amis pour les FDS.» 

Enfin, sur leur compte Twitter, les Unités de protection du peuple (YPG), le fer de lance des Forces démocratiques syriennes (FDS), ont affirmé que la surveillance des prisonniers de Daesh était devenue une «priorité de second ordre», alors que les Etats-Unis avaient «ouvert la voie à un assaut turc». Pour eux, la décision de Donald Trump «va surement coûter des vies de combattants qui ont bataillé aux côtés des soldats américains [face à] Daesh».

Lire aussi : Retrait de Syrie : un souhait récurrent de Trump régulièrement contredit par le Pentagone

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»