Syrie : pour Trump, il est temps que les Etats-Unis sortent de «ces guerres ridicules et sans fin»

Syrie : pour Trump, il est temps que les Etats-Unis sortent de «ces guerres ridicules et sans fin»© Rodi Said Source: Reuters
Un véhicule militaire américain est stationné près de la ville syrienne de Tel Abyad (image d'illustration).

Dans une série de tweets concernant l'intervention turque en Syrie, que Washington laissera faire sans y prendre part, le président américain s'est déclaré favorable à ce que son pays en finisse avec «ces guerres ridicules et sans fin».

Dans une série de tweets publiés le 7 octobre, Donald Trump a fait part de son souhait de retirer des troupes américaines du nord de la Syrie, en mettant en avant notamment le coût onéreux des opérations militaires américaines dans cette région : «Les Kurdes se sont battus avec nous, mais ont reçu une somme énorme d'argent et d'équipement pour le faire. Ils combattent la Turquie depuis des décennies [...]. Il est temps pour nous de sortir de ces guerres ridicules et sans fin, dont beaucoup sont tribales.» 

«La Turquie, l'Europe, la Syrie, l'Iran, l'Irak, la Russie et les Kurdes devront maintenant résoudre la situation», a aussi tweeté le président américain, après avoir, entre autres, assuré que les Etats-Unis étaient parvenus à vaincre l'organisation terroriste Daesh. «Quand je suis arrivé à [la Maison Blanche], l'Etat islamique était en plein essor dans la région. Nous avons rapidement vaincu 100% du califat», a-t-il déclaré, omettant le rôle prépondérant des autorités syriennes et de leur allié russe dans la lutte contre Daesh.

La veille, dans un communiqué, la Maison Blanche avait annoncé que les Etats-Unis ne participeraient pas à une une opération militaire turque dans le nord de la Syrie. Washington laisse ainsi la Turquie y intervenir contre les combattants des Unités de protection du peuple (YPG), une organisation paramilitaire kurde qui participe à la lutte contre les djihadistes de Daesh mais considérée par Ankara comme terroriste. 

Elle avait alors précisé que l'administration américaine n'entendait pas assumer le coût de cette opération qui pourrait être «très élevé pour le contribuable américain». Un argument reformulé, le 7 octobre, par Donald Trump : «Nous nous battrons là où nous y trouvons un avantage, et seulement pour gagner», a déclaré le chef de l'Etat américain. 

Le retrait d'un «tout petit nombre» de soldats seulement ?

Plus tard dans la journée du 7 octobre, un haut responsable américain, cité par l'AFP, a précisé que les Etats-Unis ne retiraient qu'un «tout petit nombre» de soldats qui étaient déployés en Syrie à la frontière turque, et seulement sur «une toute petite distance». «Au-delà de cela, notre posture militaire n'a pas changé dans le nord-est [de la Syrie]», a-t-il assuré à des journalistes.

Dans la foulée, le Pentagone a rappelé dans un communiqué que les Etats-Unis ne cautionnaient pas une «opération turque dans le nord de la Syrie» et a mis en garde Ankara contre «les conséquences déstabilisatrices» que pourrait engendrer une telle opération «pour la Turquie, la région et au-delà». 

Dans la soirée du 7 octobre, le président américain s'est fait encore plus menaçant. Dans un nouveau tweet, Donald Trump a déclaré : «Si la Turquie fait quoi que ce soit dont j'estime, dans ma grande et inégalable sagesse, que cela dépasse les bornes, je détruirai et anéantirai complètement l'économie de la Turquie».

Un retrait loin de faire l'unanimité au sein du camp républicain

A peine annoncé, le départ programmé de troupes américaines de Syrie a provoqué des remous chez les républicains – le camp politique du président américain. Considéré comme étant l'un des plus proches sénateurs de Donald Trump, Lindsey Graham a appelé le chef d'Etat américain à «revenir» sur sa «décision». 

«Si ce plan est appliqué, j'introduirai une résolution au Sénat demandant à ce que l'on revienne sur cette décision. Je m'attends à ce qu'elle soit largement soutenue par les deux partis», a prévenu l'élu républicain dans un tweet.

De plus, le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a prévenu qu'un retrait américain «précipité» de Syrie profiterait à la Russie, à l'Iran et aux autorités syriennes. Partant, l'élu de droite a exhorté Donald Trump à «prévenir un conflit important entre [l']allié turc de l'OTAN et [les] partenaires syriens locaux [des Etats-Unis] dans la lutte contre le terrorisme».

Pourtant, une telle décision de Donald trump était prévisible. En juillet 2016, fraîchement désigné pour représenter le camp républicain quelques mois avant l’élection présidentielle américaine, Donald Trump avait tiré à boulets rouges sur la décision de Georges W. Bush d’engager le pays dans une intervention militaire en Irak : «Après 15 ans de guerres au Moyen-Orient, après des milliards de dollars dépensés et des milliers de vies perdues, la situation est pire qu’elle ne l’a jamais été», avait-il déclaré alors. Et d’ajouter : «[Avant cette période] la Libye coopérait. L'Egypte était paisible. L'Irak assistait à une réduction de la violence. L’Iran était étouffé par les sanctions. La Syrie était sous contrôle […]. L'Irak est dans le chaos», avait-il alors constaté. 

Lire aussi : Syrie : Washington laisse place à une intervention militaire turque dans le nord du pays 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»