Les Etats-Unis vont déployer 200 militaires américains et des missiles Patriot en Arabie saoudite

- Avec AFP

Les Etats-Unis vont déployer 200 militaires américains et des missiles Patriot en Arabie saoudite© Jonathan Bachman Source: Reuters
Drapeau des Etats-Unis.

Afin de renforcer «la défense aérienne et antimissile du royaume», les Etas-Unis ont – par la voix du Pentagone – annoncé ce 26 septembre qu'ils allaient envoyer 200 militaires américains ainsi que des missiles Patriot en Arabie saoudite.

Les Etats-Unis vont envoyer 200 militaires et des missiles Patriot en Arabie saoudite «à la lumière des attaques récentes» contre des installations pétrolières saoudiennes attribuées – par Washington, mais aussi par Paris, Berlin et Londres – à Téhéran, a annoncé ce 26 septembre le Pentagone.

«Ce déploiement renforcera la défense aérienne et antimissile du royaume contre les infrastructures militaires et civiles cruciales» a déclaré un porte-parole du ministère, Jonathan Hoffman, appelant «d'autres pays» à «contribuer à un effort international visant à renforcer la défense de l'Arabie saoudite».

«Il est important de noter que ces mesures témoignent de notre engagement envers nos partenaires régionaux ainsi qu'à la sécurité et stabilité du Moyen-Orient», a ajouté le représentant du Pentagone.

Cette annonce intervient dans un contexte de fortes tensions dans la région, alors que les dirigeants américain et iranien ont évité de se rencontrer à l'Assemblée générale des Nations unies cette semaine.

L'Arabie saoudite, base arrière des Américains pendant 12 ans

Il s'agira du premier déploiement du genre depuis le retrait des troupes américaines en 2003, envoyées sur le territoire saoudien pendant 12 ans et deux guerres contre l'Irak. Le 20 septembre, les Etats-Unis avaient annoncé l'envoi de renforts militaires dans le Golfe, après les attaques contre le royaume pétrolier, une décision bien accueillie par les autorités saoudiennes. 

Washington avaient également renforcé les sanctions contre la Banque centrale iranienne, présentées par Donald Trump comme «les plus sévères jamais imposées à un pays». Le locataire de la Maison blanche a également interdit le 25 septembre aux «hauts responsables du régime iranien et leurs familles» l'entrée aux Etats-Unis, dans une nouvelle escalade de la campagne de «pression maximale» contre la République islamique. 

L'Iran nie toute responsabilité dans les attaques aériennes ayant visé deux installations pétrolières majeures le 14 septembre. Le président iranien Hassan Rohani a d'ailleurs appelé ceux qui accusent le pays à «fournir les preuves nécessaires».

Lire aussi : Les Saoudiens envisagent «toutes les options», y compris «militaires» après l’attaque contre Aramco

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»