Idleb : Moscou accuse les USA de faire pression sur les membres du Conseil de sécurité de l’ONU

Idleb : Moscou accuse les USA de faire pression sur les membres du Conseil de sécurité de l’ONU© Mohamad Maruf Source: Sputnik
La province d’Idleb, Syrie (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Selon Maria Zakharova, Moscou regrette que le Conseil de sécurité de l’ONU n’ait pas adopté la résolution de la Russie et de la Chine sur un cessez-le-feu à Idleb en raison des pressions exercées par les Etats-Unis sur certains de ses membres.

Les Etats-Unis ont fait pression sur les membres du Conseil de sécurité de l’ONU dans le but de conduire à une impasse la discussion d’un projet de cessez-le-feu à Idleb. C’est ce qu’a déclaré ce 20 septembre la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, lors de son briefing hebdomadaire.

Elle a souligné que le 19 septembre, lors d’une réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies, les représentants de la Belgique, de l’Allemagne et du Koweït, sous pression des Etats-Unis, ont mis aux voix leur projet de résolution qui appelle à suspendre toute opération militaire dans la zone de désescalade d’Idleb en Syrie, ce qui placerait automatiquement à l’écart des frappes les organisations terroristes agissant actuellement à Idleb et «très généreusement» alimentées de l’étranger.

Selon la porte-parole de la diplomatie russe, un certain nombre de ces organisations ont été officiellement considérées comme terroristes par décision du Conseil de sécurité des Nations unies, pourtant cela n’a pas arrêté les auteurs du projet.

«La Russie et la Chine ont présenté un projet alternatif de résolution de cessez-le-feu qui entrerait en vigueur le 20 septembre à partir de minuit, mais ne s’appliquerait pas aux opérations militaires antiterroristes. Il n’a pas été soutenu, malheureusement », a-t-elle poursuivi.

Les modifications ont été ignorées, les auteurs ne voulant pas continuer à chercher les formulations consensuelles, et, autant que nous le comprenons, sous la pression de Washington, ils ont forcé la mise aux voix du projet

Elle a également expliqué que le projet de résolution des trois co-auteurs, à savoir la Belgique, le Koweït et l’Allemagne, sur lequel la Russie et la Chine ont mis leur veto, aurait servi de base à des accusations sans fondement contre les autorités syriennes et les militaires russes. Ce projet de résolution aurait aussi bloqué la possibilité de mener des actions de représailles.

«Au cours des travaux sur le projet, la délégation russe a proposé des modifications constructives. Elles visaient à garantir que le cessez-le-feu ne concerne pas les opérations antiterroristes, toutefois, les modifications ont été ignorées, les auteurs ne voulant pas continuer à chercher les formulations consensuelles, et, autant que nous le comprenons, sous la pression de Washington, ils ont forcé la mise aux voix du projet. Nous avons également des informations précises selon lesquelles les représentants des Etats-Unis ont fait pression sur les membres du Conseil de sécurité pour que le processus d’adoption de la résolution aboutisse à une impasse et ne suive pas le cours constructif de la discussion», a déclaré la porte-parole de la diplomatie russe.

Elle a également noté que Moscou continuerait à contribuer au rétablissement de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de la Syrie, au retour du pays à une vie pacifique et à la victoire sur le terrorisme.

Lire aussi : Syrie : la Russie accuse les Etats-Unis de compromettre le cessez-le-feu à Idleb

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix