Sommet d'Ankara : le comité constitutionnel syrien bientôt sur les rails

Sommet d'Ankara : le comité constitutionnel syrien bientôt sur les rails© Sputnik/Alexei Nikolsky/Kremlin Source: Reuters
Recep Tayyip Erdogan, Vladimir Poutine et Hassan Rohani se rencontrent à l'occasion d'un sommet sur la Syrie organisé le 16 septembre 2019 à Ankara (Turquie).

Réunis à la faveur d'un sommet portant sur la Syrie, les chefs d’Etat russe, iranien et turc ont annoncé que la liste du comité chargé de la rédaction d'une Constitution syrienne était prête. Soit l'étape cruciale en vue du processus de paix.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a accueilli, le 16 septembre, ses homologues russe et iranien pour un sommet consacré à la Syrie, à Ankara. A l'issue d'entretiens bilatéraux, puis d'une discussion tripartite, les trois dirigeants ont exprimé, lors d'une conférence de presse conjointe, une position commune sur les étapes à franchir pour permettre une résolution rapide du conflit dans ce pays. Parmi celles-ci, figure la mise en place d'un Comité constitutionnel dont la mission sera de rédiger la prochaine Constitution de l’Etat syrien.

Les trois chefs d’Etat ont ainsi fait savoir que la liste des membres de ce comité avait été dressée et qu'elle pourrait, sous peu, commencer son travail à Genève (Suisse). Rappelant que la liste des membres avait été pleinement approuvée par les différents partenaires, Vladimir Poutine a notamment exprimé son espoir que les travaux de cette instance puisse être entamés dans les plus brefs délais, sans pour autant se risquer à fournir une date précise.

Envisagée en janvier 2018 lors d'un sommet des trois pays garants du processus de paix d'Astana, à Sotchi(Russie), la création de ce Comité constitutionnel s’est heurtée pendant plusieurs mois à un désaccord majeur des différentes parties sur sa composition. Le Comité constitutionnel devrait comprendre 150 membres issus de trois groupes : 50 choisis par le pouvoir, 50 par l'opposition et 50 par l'émissaire de l'ONU, qui sont censés être des délégués «indépendants» de la société civile.

«Les mauvaises intentions des Américains sont évidentes» 

Aux côtés de ce processus politique, Hassan Rohani et Vladimir Poutine ont rappelé que le départ des troupes américaines du pays étaient une condition sine qua non pour permettre à l’Etat syrien de recouvrir sa souveraineté et son intégrité territoriale. Sur le respect de l'intégrité territoriale de la Syrie, les trois pays ont affirmé être tombés d'accord, même si le président truc (dont le pays est membre de l'OTAN) n'a que peu évoqué le rôle joué en Syrie par Washington.

C'est le président iranien qui s'est révélé le plus incisif sur la question, pointant du doigt l'«influence délétère» des Etats-Unis, et rappelant qu'ils n'avaient pas reçu (conformément au droit international en l'absence d'un mandat onusien), d'autorisation des autorités syriennes pour agir sur leur territoire. Il a notamment affirmé : «Nous nous prononçons contre la présence de puissances étrangères [qui n'ont pas] été invitées par les autorités syriennes. Il s’agit notamment des Américains qui, tout au long de cette crise syrienne, n’ont pas contribué à sa résolution. Bien au contraire, ils ont une influence particulièrement délétère sur la situation. Cela contribue à diviser encore plus [la Syrie]. Et nos trois pays considèrent cela comme inacceptable. Les mauvaises intentions des Américains sont évidentes.»

Qualifiant la présence américaine en Syrie d'«illégale», Vladimir Poutine a, de son côté, affirmé espérer que Donald Trump applique sa promesse de retirer les forces américaines de ce pays.  

En décembre 2018, le président des Etats-Unis qui estimait avoir atteint son objectif de «vaincre le groupe Etat islamique» en Syrie, envisageait, en effet, un retrait complet des troupes américaines stationnées dans ce pays. «Nous avons vaincu le groupe État islamique en Syrie, la seule raison pour moi pour laquelle nous étions présents pendant la présidence Trump», avait alors tweeté le dirigeant américain. De son côté, un responsable américain sous couvert d'anonymat, avait annoncé que ce retrait interviendrait «aussi rapidement que possible». Depuis, la promesse américaine n'a jamais été honorée.

Lire aussi : Syrie : le Comité constitutionnel pourrait se réunir début 2019 à Genève

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»