Syrie : selon l'OSDH, douze civils ont été tués dans des bombardements dans le nord-ouest

- Avec AFP

 Syrie : selon l'OSDH, douze civils ont été tués dans des bombardements dans le nord-ouest© Abdullah Hammam Source: AFP
Un garçon blessé pleure dans une ambulance à la suite d'une attaque aérienne à Kafar Roma dans la banlieue de Maaret al-Numan, dans la province d'Idleb, le 25 juillet 2019.

Selon des ONG dont les informations sont rapportées par l'AFP, au moins douze civils, dont trois enfants, auraient perdu la vie en Syrie, dans des bombardements menés par l'armée syrienne soutenue par la Russie.

Au moins douze civils, dont trois enfants, ont été tués ce 25 juillet dans des bombardements menés par l'armée de Bachar el-Assad et de son allié russe visant le nord-ouest de la Syrie, selon une annonce du controversé Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Selon ces informations, le pouvoir syrien pilonne depuis près de trois mois la province d'Idleb dominée par des djihadistes, ainsi que les zones adjacentes dans les régions limitrophes d'Alep, Hama et Lattaquié.

Depuis le début de l'escalade fin avril, plus de 730 civils, dont 180 enfants, ont été tués dans les bombardements de l'armée syrienne ou de la Russie visant la région d'Idleb, selon l'OSDH, et 330 000 personnes ont fui les violences, d'après l'ONU.

Toujours selon les informations de l'OSDH, ce 25 juillet, sept des victimes ont été tuées dans des raids aériens russes, dont cinq dans la ville de Maaret al-Noomane et ses alentours. Les frappes de Damas auraient tué cinq autres civils, dont deux enfants, dans la province voisine d'Alep, d'après la même source. 

La région d'Idleb est encore partiellement contrôlée par les djihadistes de Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche syrienne d'Al-Qaïda). D'autres factions rebelles et djihadistes y sont également présentes. Cette région accueille des centaines de milliers de personnes ayant fui les combats dans d'autres zones de la Syrie en guerre ou ayant refusé de rester dans des localités rebelles reprises par Damas. 

Le 22 juillet, près de 50 civils ont péri dans les bombardements, dont 38 sur un marché à Maaret al-Noomane, selon l'OSDH. L'ONG avait pointé du doigt la responsabilité de l'aviation russe dans ce drame sur un marché, mais Moscou a démenti toute implication.

Géré depuis le Royaume-Uni par le seul Rami Abdel Rahman, qui se targue de disposer d'un réseau de sources sur le terrain, l'Observatoire syrien des droits de l'homme est l'une des principales sources des agences de presse et des médias occidentaux sur le conflit en Syrie. La crédibilité de l'organisme est néanmoins régulièrement mise en doute. L'OSDH est en effet accusé de relayer des informations invérifiables, issues de sources anonymes, mais également d'entretenir un parti pris anti-Assad. Lors d'un entretien avec RT, Rami Abdel Rahman avait reconnu que son dernier voyage en Syrie avait eu lieu 15 ans auparavant.

Lire aussi : Le Hezbollah réduit ses troupes en Syrie mais assure qu'elles seraient renforcées si nécessaire

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»