Tsentr-2019 : la Russie accueille les armées de sept pays pour des exercices militaires conjoints

Dans le cadre d'un exercice annuel, 128 000 soldats russes et venant de sept autres pays participent depuis le 16 septembre à de grandes manœuvres militaires dans le centre de la Russie. Plus de 20 000 engins militaires ont notamment été mobilisés.

Le 16 septembre, la Russie a lancé de grande manœuvres militaires mobilisant 128 000 soldats. Baptisées «Tsentr-2019», elles se dérouleront cette année jusqu’au 21 septembre dans la région d’Orenbourg, frontalière du Kazakhstan. A l’instar de la Chine, de l’Inde ou encore du Pakistan, sept pays ont répondu favorablement à l’invitation russe.

Selon un communiqué du ministère russe de la Défense, ces manœuvres impliqueront «plus de 20 000 engins militaires, environ 600 appareils volants et jusqu'à 15 navires» et se basent sur un scénario décrit la semaine dernière par le vice-ministre russe de la Défense, Alexandre Fomine : «Un Etat imaginaire émerge au sud-ouest de la Russie. Ses leaders partagent les idées extrémistes des organisations terroristes internationales. Ce pays imaginaire, possédant une armée développée, tente d'exercer une pression sur la Russie, y compris militaire», avait expliqué le responsable russe. «L'escalade des tensions évolue finalement vers un conflit armé», avait-il poursuivi, cité par l'agence officielle TASS, au cours d'un briefing.

La première phase des manœuvres sera dédiée à coordonner le commandement, repousser des attaques aériennes et mener des opérations de reconnaissance. La seconde sera marquée par des exercices de frappes contre l’ennemi, selon le ministère russe de la Défense.

En 2018, les manœuvres militaires avaient lieu en Extrême-Orient et avaient mobilisé près de 300 000 soldats, 36 000 véhicules militaires, 1 000 avions et 80 navires russes. L'armée russe s'était notamment entraînée à repousser une attaque venue du ciel, utilisant ses systèmes de défense anti-aérienne dernier cri, les S-400, considérés comme l'un des fleurons de l'industrie militaire russe. 

Lire aussi : «Vostok-2018» : la Russie «continuera de renforcer ses armées», promet Vladimir Poutine (IMAGES)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»