Craignant pour sa sécurité, la Biélorussie annonce la fermeture de sa frontière avec l’Ukraine

Craignant pour sa sécurité, la Biélorussie annonce la fermeture de sa frontière avec l’Ukraine© SERGEI GRITS / Source: AFP
Le président biélorusse, Alexandre Loukachenko.

Face à l’important trafic d'armes qui gangrène l’est de l’Ukraine, le président biélorusse, Alexandre Loukachenko, a annoncé ce 3 septembre que son pays était contraint de fermer sa frontière avec son voisin du sud.

Minsk accueille les 3 et 4 septembre une conférence internationale sur la lutte contre le terrorisme. Présent à son ouverture, le président biélorusse, Alexandre Loukachenko, a annoncé que son pays avait décidé de fermer sa frontière avec l’Ukraine. En cause : l’existence d’un important trafic d’armes dans l’est de l’Ukraine.

«Nous avons été contraints de fermer, de manière hermétique, la frontière avec nos frères [ukrainiens], de façon plus ferme encore qu’avec l'Alliance de l'Atlantique Nord», a-t-il déclaré, selon des propos rapportés par RIA Novosti. Selon le chef d’Etat biélorusse, ces armes peuvent potentiellement tomber entre les mains des nationalistes et se retrouver en Ukraine. «En ce qui nous concerne, il y a un flux d'armes [qui passe] à travers la frontière ukrainienne. Nous en interceptons beaucoup», a-t-il fait savoir tout en évoquant l’existence d’un risque terroriste.

Cette annonce d’Alexandre Loukachenko intervient alors que la situation dans l’est de l’Ukraine, notamment dans le Donbass, demeure instable. Après la révolte du Maïdan en 2014, soutenue par l'Union européenne (UE) et les Etats-Unis, la région du Donbass a ainsi décidé de faire sécession, refusant de reconnaître le nouveau pouvoir de Kiev. En réponse, le nouveau gouvernement ukrainien a décidé d'intervenir militairement, refusant le dialogue avec des rebelles qualifiés de «terroristes».

Malgré les accords de paix de Minsk II signés en 2015, qui prévoient un cessez-le-feu dans la zone de conflit, le retrait des armes lourdes par les troupes pro-Kiev et les rebelles, l’élargissement de l’autonomie des régions de Donetsk et de Lougansk, ainsi qu'une réforme constitutionnelle de l’Ukraine, les combats sporadiques continuent de faire des victimes.

Lire aussi : Zapad 2017 : la Russie et la Biélorussie ont entrepris des manœuvres militaires conjointes

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»