Malgré l'embargo américain sur le Venezuela, Trump et Maduro échangent «à un très haut niveau»

Malgré l'embargo américain sur le Venezuela, Trump et Maduro échangent «à un très haut niveau»© Marco Bello ; Kevin Lamarque Source: Reuters
Nicolas Maduro et Donald Trump (photomontage d'illustration).

Donald Trump a déclaré que des échanges «à un très haut niveau» existaient entre Washington et Caracas. En dépit de relations bilatérales pour le moins compliquées entre les deux pays, Nicolas Maduro a confirmé l'existence d'un tel dialogue.

«Nous parlons à plusieurs représentants du Venezuela. Nous aidons le Venezuela du mieux que nous pouvons [...] Je ne veux pas citer de noms, mais nous parlons à un très haut niveau», a annoncé le 20 août le président américain Donald Trump, depuis la Maison Blanche. Des propos qui ont rapidement été confirmés par Nicolas Maduro, malgré un contexte diplomatique pour le moins tendu entre les deux pays.

Le chef d'Etat vénézuélien a en effet déclaré le même jour qu'il confirmait l'existence, «depuis des mois», de contacts entre des hauts fonctionnaires des gouvernements des deux pays, avec son «autorisation expresse». «Je réaffirme que nous recherchons tous les moyens de dialogue permettant au président Donald Trump d'entendre la vérité sur le Venezuela et la voix de la révolution bolivarienne. Nous cherchons à trouver une issue au conflit qui existe avec l'empire américain. Je crois au dialogue, je crois à la paix», a plus tard expliqué Nicolas Maduro sur Twitter, le réseau social préféré de son homologue américain.

S'il laisse entendre l'existence d'un dialogue entre les deux pays, cet échange interposé contraste avec les tensions diplomatiques régulières entre les deux pays, surtout depuis que Washington soutient officiellement l'autoproclamé président par intérim Juan Guaido, ne reconnaissant ainsi pas de légitimité à Nicolas Maduro, réélu président de la République bolivarienne du Venezuela au mois de mai 2018, avec 67,8 % des voix.

En outre, les relations entre les deux pays se sont particulièrement détériorées en raison du possible embargo américain à l'encontre du Venezuela. De fait, le 5 août, Donald Trump ordonnait le gel total des biens du gouvernement chaviste par décret présidentiel. Une mesure punitive qui, selon une source haut placée de l'administration américaine citée par le Wall Street Journal, pourrait constituer la première sanction d'un «embargo économique total» contre Caracas. Après avoir pris connaissance de cette mesure, Nicolas Maduro avait alors rapidement annoncé que sa délégation ne se rendrait pas à la Barbade pour négocier avec l'opposition, estimant que les conditions d'une bonne tenue de la rencontre n'étaient pas garanties.  

Lire aussi : Le pouvoir vénézuélien boycotte les négociations avec l’opposition après les sanctions américaines

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»