Philadelphie : un homme retranché blesse six policiers avant de se rendre

Philadelphie : un homme retranché blesse six policiers avant de se rendre© Mark Makela/Getty Images North America Source: AFP
Des policiers en faction lors d'une fusillade, à Philadelphie en Pennsylvanie, le 14 août 2019, aux Etats-Unis.

Six policiers ont été blessés par un forcené qui s'était retranché dans sa maison de Philadelphie. Le suspect était bien connu de la justice. Le maire de la ville a appelé à une réglementation plus stricte de la vente d'armes à feu.

Un homme qui s’était retranché dans sa maison de Philadelphie (Pennsylvanie) après avoir ouvert le feu sur les policiers, blessant six d'entre eux, a été interpellé par les forces de l’ordre et placé «en détention» selon les propose du sergent de la police de la ville, Eric Gripp, sur Twitter. «Le suspect est en détention. Le SWAT [unité d’intervention de la police] inspecte toujours le bâtiment», a-t-il déclaré.

Les premiers coups de feu ont été entendus le 14 août vers 16h30, alors que les policiers venaient procéder à une interpellation dans le cadre d’une banale affaire de stupéfiants. Une information confirmée par le chef de la police de Philadelphie, Richard Ross, lors d’une conférence de presse. C’est alors que le suspect a ouvert le feu en direction des forces de l’ordre qui ont riposté. Le quartier a immédiatement été bouclé comme le montrent des images d'hélicoptère diffusées par la chaîne NBC locale.

Le forcené s’est finalement rendu aux alentours de minuit, sortant de sa maison, les mains en évidence, comme en atteste la vidéo mise en ligne par ABC. On peut y entendre des policiers lui intimer l’ordre de «garder les mains en l’air».

D’après plusieurs médias américains citant des sources policières, comme le Philadelphia Inquirer, le tireur serait Maurice Hill, 36 ans, originaire de Philadelphie, un criminel endurci passé plusieurs fois par la case prison. L'information a été confirmée par son avocat Shaka Mzee Johnson, toujours d'après le Philadelphia Inquirer. En raison de son casier judiciaire, il lui était interdit d’acheter des armes. En 2008, il avait plaidé coupable de port d’arme illégal ayant été pris en flagrant délit avec un revolver et un pistolet semi-automatique.

Six policiers blessés par balle

«Six agents de la police de Philadelphie ont été blessés par balle et répartis dans les hôpitaux de la région avec des blessures non-mortelles», a précisé Eric Gripp, ajoutant que «plusieurs autres officiers recevaient également des soins pour des blessures qui n’ont pas été causées par arme à feu».

Richard Ross a affirmé lors d’une conférence de presse que tous avaient quitté l’hôpital dans la nuit. Sur plusieurs vidéos on peut voir les agents touchés escortés jusqu’aux véhicules par leurs collègues.

Au moment d’intervenir, plusieurs policiers se sont retrouvés bloqués dans la maison du tireur. «C'est vraiment un miracle que dans un espace aussi confiné nous n'ayons pas à déplorer un bilan plus lourd», s’est pour sa part réjoui le chef de la police lors de sa conférence de presse.

Le débat sur les armes à feu relancé ?

Cet incident intervient quelques jours après les tueries de masse de Dayton (Ohio) et d’El Paso (Texas) qui ont fait plus de 30 morts au début du mois d’août.

S’exprimant devant la presse, le maire démocrate de la ville, Jim Kenney, a loué le courage des policiers mais a aussi mis en cause les autorités américaines pour leur refus de légiférer sur le contrôle des armes à feu. «Les autorités, aussi bien au niveau fédéral qu'au niveau de l'Etat [de Pennsylvanie], ne veulent pas faire quoi que ce soit pour enlever les armes de la rue […] Nos agents méritent d'être protégés, ils ne méritent pas de se faire tirer dessus par un type pendant des heures avec une quantité illimitée de munitions. C'est dégoûtant. Nous devons faire quelque chose», a-t-il fustigé.

D’après CNN, le principal attaché de presse de la Maison Blanche a assuré que Donald Trump avait été tenu informé des développements de la fusillade. Depuis son élections, le 45e président des Etats-Unis entretient de forts liens avec la National Rifle Association, le puissant lobby des armes américain, même s'il a dernièrement laissé penser qu'il pourrait légiférer sur le sujet.

Lire aussi : Fusillades aux Etats-Unis : Trump appelle à une réforme sur les armes... et sur l'immigration

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»