Maroc : un homme arrêté pour avoir appelé à décapiter de jeunes bénévoles belges en short

Maroc : un homme arrêté pour avoir appelé à décapiter de jeunes bénévoles belges en short© Capture d'écran d'une vidéo du compte Youtube - العمق المغربي
De jeunes bénévoles belges travaillent à un projet humanitaire au Maroc.

Plusieurs mois après la décapitation de deux jeunes Scandinaves au Maroc, un enseignant de 26 ans a été arrêté pour appel au meurtre de bénévoles, en majorité de jeunes filles belges, qui travaillaient en short sur un chantier.

«Etre bénévole en short n'est pas une sinécure» : c'est par ce titre que l'AFP a choisi de relater l'appel au meurtre de jeunes bénévoles belges travaillant en short sur un chantier près de Taroudant, dans le sud du Maroc, quelques mois après la décapitation de deux touristes scandinaves dans ce même pays au nom de Daesh.

C'est un reportage vidéo montrant le groupe de bénévoles, composé majoritairement de jeunes filles, terrasser en short un chemin sous une chaleur écrasante qui a mis le feu au poudre, engendrant ce que l'agence de presse française qualifie sobrement de «réactions virulentes». En l'espèce, un communiqué de la Sûreté marocaine (DGSN) rapporte l'arrestation, le 5 août, d'un instituteur de 26 ans qui avait appelé à la décapitation de ces bénévoles. La DGSN a précisé que l'individu allait être poursuivi pour «incitation à des actes terroristes».

Auteur: العمق المغربي

Cet appel au meurtre était en effet particulièrement pris au sérieux par les autorités, tandis que deux jeunes femmes (l'une norvégienne, âgée de 28 ans et l'autre danoise de 24 ans), ont été tuées par décapitation en décembre 2018 par des islamistes.

Sans pour autant appeler au meurtre, un député du parti islamiste (PJD, à la tête de la coalition gouvernementale), Ali El Asri, a lui aussi critiqué la tenue des bénévoles, s'interrogeant sur leurs réelles motivations sur sa page Facebook : «Depuis quand les Européens font-ils des travaux en tenue de baignade ?»

Dans le reportage, Luna, une jeune flamande de l'association humanitaire Bouworde, racontait : «La population est toujours très gentille [...] nous demande : "Quel est votre nom ?" [...] Je suis très contente d'être venue ici et je veux vraiment revenir car c'est vraiment un pays agréable.»

Le Maroc, qui tente d'apparaître comme un pays stable, accueillant et tolérant envers les touristes, arrive régulièrement en haut de tableau dans les classements consacrés aux pays dangereux pour les femmes faisant du tourisme seules.

Lire aussi : Scandinaves tuées au Maroc : quel est le profil des suspects arrêtés ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»