Licencié par Google, il accuse l'entreprise américaine d’œuvrer à la défaite de Trump en 2020

Licencié par Google, il accuse l'entreprise américaine d’œuvrer à la défaite de Trump en 2020© Jonathan Alcorn / Global Look Press
Logo de Google ( image d'illustration).

Présenté comme un ancien salarié du géant américain Google, Kevin Cernekee évoque ses déboires avec l'entreprise et affirme que la multinationale souhaiterait faire échouer Donald Trump lors de la prochaine élection présidentielle.

Interviewé le 2 août par la chaîne conservatrice Fox News, qui le présente comme un ingénieur licencié en 2018 par Google pour ses idées politiques, l'Américain Kevin Cernekee a affirmé que son ancienne entreprise comptait faire échouer l'actuel locataire de la Maison Blanche lors du prochain scrutin présidentiel.

«Ils ont ouvertement expliqué qu'ils considéraient [l'élection de] 2016 comme une erreur, ils veulent vraiment que Donald Trump échoue en 2020, c'est leur agenda, ils ont des gens très partiaux à tous les niveaux de l'entreprise», a-t-il affirmé.

En outre, l'ancien employé décrit une atmosphère pour le moins pesante au sein du géant américain chez lequel il a travaillé durant trois ans. «Quand j'ai rejoint Google, j'ai vu des employés maltraités, abusés, harcelés pour avoir partagé leur point de vue de conservateurs, mais aussi pour avoir remis en question des choix de l'entreprise», raconte-t-il, expliquant que c'est ce qui l'a poussé à alerter à plusieurs organismes dont le conseil syndical, avec qui il précise avoir travaillé afin d'approfondir le sujet. «Google n'a pas aimé [cette enquête], ils m'ont accusé faussement à plusieurs sujets et ont [fini par me] licencier», affirme-t-il.

Au mois de juin 2019, la révélation de propos tenus par Jen Gennai, responsable innovation de Google, traduisait déjà l'état d'esprit de certains, en interne, au sujet de la victoire de Donald Trump en 2016. Arguant que la multinationale était la seule à pouvoir empêcher «la prochaine situation "à la Trump"», Jen Gennai déclarait en effet : «Nous nous sommes tous fait avoir en 2016 [avec l'élection de Donald Trump], pas seulement nous, les gens se sont fait avoir, les médias se sont fait avoir, tout le monde s'est fait avoir. Rapidement, nous nous sommes dit : "que s'est-il passé et comment empêcher que cela se reproduise ?".»

Lire aussi : Google présente-t-il un danger d'ingérence sur les élections ? D'après Trump, la réponse est oui

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»