Un photographe syrien publie des photos d’enfants d’immigrés noyés. Cela n’étonne plus les médias ?

Un photographe syrien publie des photos d’enfants d’immigrés noyés. Cela n’étonne plus les médias ?© Murad Sezer Source: Reuters
Des migrants
Suivez RT France surTelegram

Alors que les photos terribles d’un garçonnet syrien rejeté sur le littoral turc font la manchette des journaux, des scènes tout aussi pénibles d’enfants noyés retrouvés en Libye suscitent l’indignation massive des internautes.

Lorsque les principaux médias de la planète montrent la photo d’un garçonnet syrien noyé sur le rivage, un autre cas tragique et choquant qui s’est pourtant produit la semaine dernière seulement n’a pas retenu leur attention.

Le photographe syrien Khaled Barakeh a publié sur Facebook le 29 août dernier une série de photos montrant des dizaines des demandeurs d’asile noyés. En quelques jours, plus de 100 000 utilisateurs ont partagé ses images. La majorité des images que la plupart des médias n’ont pas voulu diffuser montrent des corps d’enfants dans l’écume des vagues échoués sur une plage. Sur d’autres photos, on peut voir plusieurs sacs oranges qui contiennent très probablement des corps.

Un photographe syrien publie des photos d’enfants d’immigrés noyés. Cela n’étonne plus les médias ?
Capture d'écran de la page de Facebook de Khaled Barakeh

L’album intitulé «Cimetière multiculturel» comporte un remarque : «La nuit dernière [le 28 août 2015] plus de 80 réfugiés syriens et palestiniens se sont noyés dans la Méditerranée près des côtes libyennes en essayant de rejoindre l’Europe». L’auteur du post, un artiste largement exposé, n’a pas commenté la source des photos publiées.

Nombreux étaient ceux qui ont partagé ces images effroyables et puis se sont plaints que Facebook a censuré leurs partages après que leurs abonnés ont apparemment signalé ces photos comme pénibles aux administrateurs.

Le 28 août, l’ONU a déclaré qu’environ 200 personnes seraient morts après qu’un bateau a chaviré au large de la côte libyenne, alors que d’autres informations indiquaient qu’il y avait 450 personnes à bord. Sur le terrain, un photographe de l’agence de presse AP aurait vu comment les services de secours sortaient de l’eau les corps des réfugiés dans la ville côtière de Zouara, l’un des centres principaux pour le trafic de migrants à l’ouest de Tripoli. Selon le chef du Croissant rouge libyen Hussein Acheini, au moins 105 personnes ont péri dans la tragédie, dont des enfants.

D’après les chiffres officiels de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés, UNHCR, on estime que plus de 2 500 réfugiés et migrants sont décédés ou ont disparus en essayant de rejoindre l’Europe cette année. En comparaison, l’année dernière environ 3 500 personnes sont mortes ou ont disparu en Méditerranée.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix