Nouvelle lubie russophobe ? Les démocrates veulent enquêter sur l'application (russe) FaceApp

Nouvelle lubie russophobe ? Les démocrates veulent enquêter sur l'application (russe) FaceApp© Capture d'écran Google play
L'application FaceApp permet notamment de vieillir son visage.

Inquiet de la protection des données personnelles des Américains, un sénateur a demandé l'ouverture d'une enquête sur l'application FaceApp, qui permet de changer son visage en quelques clics et qui a été développée par une société basée en Russie.

Alors que la Russie ne fait plus la une de l'actualité aux Etats-Unis depuis que le rapport Mueller a mis fin à la narrative d'une prétendue ingérence russe dans les élections, le camp démocrate s'évertue à raviver la flamme de la russophobie dans le pays.

L'objet du délit se nomme FaceApp, une application qui permet notamment de vieillir son visage en quelques clics, et dont le principal tort se trouve... d'être éditée par Wireless Lab, une société basée à Saint-Pétersbourg. De quoi interpeller le sénateur Chuck Schumer, subitement inquiet de la protection des données personnelles des utilisateurs américains de FaceApp, qui doivent selon lui «fournir un accès complet et irrévocable à leurs photos et à leurs données personnelles» pour pouvoir l'utiliser.

Pour le responsable politique, la localisation de FaceApp en Russie soulève en effet «des questions sur comment et quand la société fournit les données de citoyens américains à des parties tierces, y compris éventuellement à des gouvernements étrangers». A tel point que le sénateur a demandé l'ouverture d'une enquête : «Le FBI et la FTC [l'entité qui protège les consommateurs aux Etats-Unis] doivent immédiatement évaluer les risques pour la sûreté nationale et la vie privée car des millions d'Américains ont utilisé [FaceApp].»

Par un processus désormais familier, la machine s'est alors mise en route et le Comité qui chapeaute le Parti démocrate aux Etats-Unis a envoyé un avertissement à toutes les équipes de campagne des candidats à la primaire démocrate pour l'élection présidentielle de 2020, appelant tous leurs membres à «effacer l'application immédiatement», selon le Washington Post.

Les médias se sont dans la foulée engouffrés dans la brèche : se basant sur l'analyse d'un «expert en sécurité», le New York Post, le Washington Post, Fox News ou encore Newsweek ont alerté leurs lecteurs sur la possibilité que des «hackers liés au gouvernement russe» puissent désormais avoir accès aux données personnelles des utilisateurs de l'application.

Pour sa défense, Iaroslav Gontcharov, le patron de Wireless Lab, a assuré dans une interview au Washington Post que sa société n'utilisait pas les photographies pour d'autres utilisations que l'application et que la plupart d'entre elles étaient détruites de ses serveurs dans les 48 heures qui suivent leur téléchargement. Il a en outre fait savoir que ce stockage de photographies était effectué sur des serveurs à distance situés en dehors de la Russie, utilisant les infrastructures cloud d’Amazon (AWS) et de Google.

Si les questions sur la protection des données sont toujours légitimes, il est toutefois surprenant de constater la rapidité avec laquelle le parti démocrate américain a demandé l'ouverture d'une enquête aux autorités fédérales lorsqu'il s'est agi une entreprise russe. Le réseau social Facebook, sur lequel les utilisateurs ont pris part il y a quelques mois à peine au «10 years challenge» (où ils publiaient des photographies d'eux aujourd'hui et datées de dix ans), n'a visiblement pas suscité les mêmes inquiétudes.

Lire aussi : Que Choisir attaque Google sur la vie privée et réclame 1 000 euros par utilisateur d’Android

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»