Un ex-commandant de la garde ukrainienne condamné pour le meurtre d'un photographe italien en 2014

Un ex-commandant de la garde ukrainienne condamné pour le meurtre d'un photographe italien en 2014© Yannis Behrakis Source: Reuters
Un mortier automoteur de l'armée ukrainienne détruit près de Donetsk par les rebelles du Donbass en mai 2014 (image d'illustration).

En 2014, un photographe italien et son interprète russe sont morts lors d'un reportage dans le Donbass. Un ancien membre de la garde nationale ukrainienne a été reconnu coupable par la justice italienne d'avoir pris part aux bombardements fatals.

Vitaly Markiv, un ancien commandant de la garde nationale ukrainienne de nationalité italo-ukrainienne, a été condamné le 12 juillet par une cour d'assises italienne à 24 ans de prison pour la mort d'un photographe italien et d'un Russe lors de bombardements menés en mai 2014 dans le Donbass (est de l'Ukraine). Vitaly Markiv avait été arrêté en Italie en 2017 alors qu'il rendait visite à sa mère.

Le photographe Andrea Rocchelli et son interprète russe Andreï Mironov avaient été tués le 24 mai 2014 par des tirs de mortier alors qu'ils se trouvaient à Slaviansk, à une centaine de kilomètres au nord de Donetsk. Les deux journalistes couvraient alors les bombardements d'un village, ainsi que les conditions de vie des habitants du Donbass, durement touchés par les combats.

On a tiré au moins quarante balles sur nous et notre véhicule

Au cours de cette même attaque, un photographe français, William Roguelon, avait également été grièvement blessé. «Après notre arrivée, on nous a tiré dessus», avait-il déclaré en mai 2014, cité par Reuters, à des reporters à l’hôpital. «On a tiré au moins quarante balles sur nous et notre véhicule», avait-il encore rapporté, expliquant que les trois hommes avaient pu se jeter dans un fossé. Andrea Ronchelli et son interprète russe avaient ensuite été tués par un tir de mortier alors que William Roquelon était parti chercher de l’aide, selon le témoignage de celui-ci.

D'après le quotidien Il Giorno, la Cour d'assises de Pavie est allée plus loin que le réquisitoire du Parquet, qui avait demandé 17 ans de réclusion. La défense avait demandé l'acquittement. Pendant son procès, l'accusé a même reçu le soutien du ministre ukrainien de l'Intérieur, Arsen Avakov, qui s'est rendu à une audience à Pavie. Il avait assuré être «pleinement convaincu de l'innocence» de Vitaly Markiv.

Lire aussi : Une première pierre ? Poutine et Zelensky se sont entretenus de la situation dans l'est de l'Ukraine

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»