Lorenzo Fontana : nouveau ministre des Affaires européennes italien, conservateur et catholique

Lorenzo Fontana : nouveau ministre des Affaires européennes italien, conservateur et catholique © Filippo Monteforte Source: AFP
Matteo Salvini et le nouveau ministre italien des Affaires européennes, Lorenzo Fontana, à Rome, le 6 juin 2018, en Italie (image d'illustration).

Proposé au président par Matteo Salvini, Lorenzo Fontana, un proche du vice-premier ministre, vient d'être nommé ministre des Affaires européennes. Connu pour ses positions conservatrices l'homme de 39 ans jouit d'une grande expérience européenne.

Le nouvelle a été rendue officielle le 10 juillet dans la soirée. L’Italie vient de nommer Lorenzo Fontana comme ministre des Affaires européennes en remplacement de Paolo Savona, qui avait quitté le gouvernement en mars pour prendre la direction de la Commission italienne de surveillance des opérations de bourse, le gendarme de la bourse transalpin.

L’intérim du poste était assuré par Giuseppe Conte, chef du gouvernement. La candidature de l’homme de 39 ans a été proposée par le maillon fort du gouvernement italien, Matteo Salvini, par ailleurs vice-premier ministre. «J’ai été content d’accepter la proposition», s’est réjoui Giuseppe Conte devant la presse.

Proche de Matteo Salvini, qui a préfacé son essai La culla vuota della civiltà. All'origine della crisi, celui qui était jusque alors ministre de la Famille et du Handicap retrouvera Bruxelles après avoir été député européen de juillet 2009 à mars 2018. Sa famille réside d’ailleurs encore dans la capitale belge. Diplômé en sciences politiques et en histoire, également inscrit à l’ordre des journalistes, il commence sa carrière politique dans sa ville natale, Vérone, dans laquelle il est élu conseiller municipal du troisième arrondissement à 22 ans puis de la commune à 27 ans, avant de rejoindre le Parlement européen deux ans plus tard.

Un catholique conservateur

Avec un profil très conservateur, ce catholique pur jus se positionne régulièrement sur le terrain des valeurs plutôt que sur celui de l’économie. Opposé aux droits des homosexuels et à l’avortement, Lorenzo Fontana est décrit comme le théoricien de la transformation du parti la Ligue du Nord, qui a opéré un virage idéologique identitaire, passant de régionaliste et plutôt pro-européenne à anti-européenne et anti-islam. Il jouit d’une forte popularité au sein de la droite radicale.

A l’automne 2018, la ville dont il était le numéro 2 jusqu’à son entrée au gouvernement, en juin 2018, Vérone, se déclare officiellement comme la première «ville pro-Life» du pays de Dante. Il fait également une entrée remarquée au ministère des affaires familiales en expliquant que «les familles homosexuelles n’existent pas». Il s’attire à cette occasion les foudres de la communauté LGBT du pays mais aussi celles des féministes.

Le supporter du Hellas Vérone s’est également distingué par ses prises de position sur l’islam. En 2017, à Parme, il avait estimé que les racines chrétiennes de l’Europe remontaient à la bataille de Lepante en 1571, dans laquelle les flottes chrétiennes réunies sous le nom de Sainte-Ligue, constituées à l’instigation du pape Pie V, avaient défait les troupes ottomanes dans le golfe de Patras en Grèce. Cette défaite signera un coup d’arrêt à l’avancée des troupes turques.

Pressenti dans un premier temps pour devenir le nouveau ministre des finances, Lorenzo Fontana a été écarté de la course à ce poste stratégique après que le président italien, Sergio Martarella, ait posé son véto sur sa candidature notamment en raison de ses critiques de l’euro et de l’Allemagne. Vu comme un véritable ami de Matteo Salvini, le ministre sera un allié de poids pour ce dernier, qui prévoit un affrontement coriace avec l’Europe à propos du budget 2020 de l’Italie qui sera discuté à l’automne.

Lire aussi : Poutine à Rome : l'Italie, toujours un pied dans l'UE mais la tête déjà en Russie et en Chine

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»