Sanctions contre la Russie : la «situation ne profite ni à l’UE ni à l’Italie» pour Giuseppe Conte

Sanctions contre la Russie : la «situation ne profite ni à l’UE ni à l’Italie» pour Giuseppe Conte© Yara Nardi Source: Reuters
Vladimir Poutine et Giuseppe Conte lors d'une conférence de presse au palais Chigi à Rome, le 4 juillet 2019.

A l'occasion de leur rencontre, Vladimir Poutine et le président du Conseil Giuseppe Conte se sont mis d'accord concernant leur volonté de mettre un terme aux sanctions de l'UE contre la Russie. Car selon eux, les deux pays y ont beaucoup perdu.

Les questions économiques ont tenu une place de premier plan lors de la visite de Vladimir Poutine à Rome le 4 juillet. Avec, en arrière-plan, l'objectif commun de favoriser le commerce entre les deux pays, malgré les sanctions de l'Union européenne (UE) contre la Russie, et qui par conséquent engagent Rome.

«Mon gouvernement a toujours eu une position constante [...] Nous sommes persuadés que les sanctions ont un caractère transitoire», a plaidé le président du Conseil des ministres italien Giuseppe Conte, lors d'une conférence de presse commune avec le chef d'Etat russe au palais Chigi. «Cette situation ne profite pas à l’Union européenne et à l’Italie», a-t-il regretté, ajoutant : «Il faut créer les conditions d'une sortie de crise.»

Des sanctions préjudiciables «pour tout le monde», selon Poutine

De son côté, le président russe Vladimir Poutine, se félicitant par ailleurs d'«excellentes relations» avec l'Italie, a rappelé que la Russie était prête à faire «un bout du chemin» pour améliorer les relations avec Bruxelles. «Pour beaucoup, cela dépendra de nos partenaires européens», a-t-il toutefois modéré.

Les sanctions conjointe de l'UE et des Etats-Unis contre la Russie eu égard à son rôle supposé dans la crise ukrainienne en 2014 avait mis un terme brutal au boom des échanges commerciaux entre l'Italie et la Russie, à l'instar de l'industrie allemande et de l'agro-alimentaire français.

Ce sont des postes et des emplois perdus. Un préjudice pour tout le monde

En 2015, le commerce bilatéral des deux pays avait bondi de 327% entre 2000 et 2013, avant de se rétracter brutalement. «C’est un manque à gagner, y compris pour les pays européens», a fait valoir Vladimir Poutine, évoquant des sanctions qu'il a qualifiées d'«unilatérales». «Ce sont des postes et des emplois perdus. Un préjudice pour tout le monde», a-t-il encore déploré.

En dépit des nombreuses déclarations du vice-président du Conseil Matteo Salvini à lever les sanctions antirusses, le président italien Sergio Mattarella, plus europhile que le gouvernement, s'était joint à une énième reconduction des sanctions antirusses, décidée collectivement et à l'unanimité par les Vingt-huit en juin dernier.

Lire aussi : Poutine à Rome : l'Italie, toujours un pied dans l'UE mais la tête déjà en Russie et en Chine

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»