Sanctionnée dans les urnes, la politique de Tsipras est saluée par le commissaire européen Moscovici

Sanctionnée dans les urnes, la politique de Tsipras est saluée par le commissaire européen Moscovici© Costas Baltas Source: Reuters
Alexis Tsipras et Pierre Moscovici (image d'illustration).

Le choix d'Alexis Tsipras de réformer son pays conformément aux demandes de l'UE et du FMI a été sanctionné par les électeurs grecs. Vaincu aux législatives, il voit toutefois son action saluée par le commissaire européen Pierre Moscovici.

Face à la claque électorale tout juste infligée à sa formation politique Syriza, le chef du gouvernement grec Alexis Tsipras a reconnu sa défaite et félicité son successeur, le conservateur Kyriakos Mitsotakis. S'il est aujourd'hui désavoué par les électeurs grecs, le Premier ministre sortant a toutefois reçu les louanges du commissaire européen aux Affaires économiques et financières, Pierre Moscovici.

Dans un tweet publié ce 7 juillet, celui-ci a salué l'action politique du président de Syriza. «Merci à [Alexis] Tsipras qui a beaucoup fait pour son pays et pour l’Europe», a en effet écrit l'ancien ministre socialiste français, avant de féliciter et d'encourager Kyriakos Mitsotakis dans son futur mandat, pour qu'il «continu[e] à redresser l’économie grecque».

Avec 31,5% des voix aux élections législatives, le parti Syriza, né d'une coalition de formations politiques de gauche, a en effet largement été devancé par le parti de droite Nouvelle Démocratie, arrivée en tête avec 39,8% des suffrages (selon les résultats communiqués par l'AFP à 94% des bureaux de vote dépouillés).

Salué à Bruxelles, le mandat de Tsipras n'aura donc pas convaincu le peuple grec, qui a assisté ces dernières années à de multiples séries de réformes de son pays (baisse du salaire minimum, réforme du marché du travail, augmentation des impôts, baisse des dépenses publiques, ou encore privatisations en tout genre), afin de répondre à une crise majeure se traduisant notamment par une dette publique s'élevant à environ 177% du PIB fin 2014.

En dépit de son engagement initial à infléchir la position des créanciers d'Athènes, Alexis Tsipras n'avait en effet pas tardé après son élection à faire appliquer de nombreuses mesures austéritaires dans la cadre du «plan de sauvetage» de la Grèce prévu par l'Union européenne, processus supervisé par la Troïka (l'alliance prévue à cet effet entre la Banque centrale européenne, la Commission européenne et le Fonds monétaire international).

Qu'a donné la politique demandée à Tsipras par la Troïka ?

Le 20 août 2018, la Grèce sortait avec l'accord du Premier ministre grec du dernier des trois plans successifs d'aide financière pilotés par la Troïka – tout en demeurant sous son étroite surveillance.

Alors que nombre de personnalités européennes avaient rapidement applaudi la «sortie de crise» de la Grèce, l'ancien ministre grec des Finances Yanis Varoufakis n'avait de son côté pas tardé à dresser un tableau pour le moins sombre de la situation. «Les demandes de coupes budgétaires des créanciers ont empêché les investissements et la consommation», avait-il par exemple regretté.

Répondant aux questions du quotidien allemand Bild, il avait également fustigé un processus au service de banques allemandes et françaises. «[Angela Merkel] a comparé le premier plan de sauvetage à un acte de solidarité envers les Grecs, alors que l'argent [en question] était destiné aux banques allemandes et françaises qui ont prêté des sommes importantes à l'Etat grec et à l'oligarchie. [Angela Merkel] a promis que les prêts seraient remboursés avec des intérêts : cela était impossible au vu de la faillite de la Grèce», avait alors estimé le professeur d'économie.

Stélios Kouloglou, eurodéputé de Syriza, s'est pour sa part récemment confié auprès de RT France au sujet de la politique menée par le Premier ministre grec : «Alexis Tsipras n'avait pas d'autre solution que faire un compromis, que de capituler. Il s'agissait d'une capitulation par rapport aux promesses», a-t-il reconnu, mettant notamment en avant «le prix à payer» pour parvenir à certains résultats en termes de chiffres liés au chômage ou à l'augmentation du salaire minimum.

En tout état de cause, le renoncement d'Alexis Tsipras à ses engagements initiaux n'a visiblement pas été digéré par l'électorat grec.

Fabien Rives

Lire aussi : «Tsipras n'avait pas d'autre solution que de capituler» : pourquoi Syriza va perdre les législatives

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»