«Nos forces armées sont prêtes à agir» : après l'apaisement, Washington menace à nouveau l'Iran

- Avec AFP

«Nos forces armées sont prêtes à agir» : après l'apaisement, Washington menace à nouveau l'Iran© Tsafrir Abayov/Pool via REUTERS Source: Reuters
Le conseiller à la Sécurité nationale américain John Bolton (gauche- au côté du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, le 23 juin 2019.

Sur le dossier iranien, l'administration de Donald Trump continue d'alterner apaisement et menaces. Après que Donald Trump a affirmé avoir renoncé à des représailles, son conseiller à la Sécurité nationale John Bolton a durci le ton.

Ce 23 juin, John Bolton, conseiller à la sécurité nationale du président américain, a mis en garde l'Iran, deux jours après l'annulation à la dernière minute par Donald Trump de supposées frappes de représailles contre l'Iran.

«Ni l'Iran, ni aucun autre acteur hostile ne devrait confondre prudence et retenue de la part des Etats-Unis avec de la faiblesse», a-t-il déclaré, avant une rencontre à Jérusalem avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou. 

«Nos forces armées sont prêtes à agir», a-t-il ajouté au lendemain de l'annonce par Donald Trump de nouvelles sanctions qu'il a qualifiées de «majeures» contre l'Iran.

D'après John Bolton, ces sanctions devraient être détaillées publiquement le 24 juin. Le conseiller américain à la sécurité nationale est en Israël pour des rencontres centrées sur la «sécurité régionale», selon la Maison Blanche, dans un climat de vives tensions entre Washington et Téhéran. John Bolton doit notamment s'entretenir avec ses homologues israélien, Meir Ben-Shabbat, et russe, Nikolaï Patrouchev. Il devrait entre autres être question de la situation en Syrie.

Graves tensions sur fond d'accusations réciproques

Le 20 juin, l'Iran a abattu un drone américain qui se trouvait selon lui dans son espace aérien, ce que dément Washington, provoquant ainsi une vive réaction du président américain qui a affirmé que Téhéran avait commis une «énorme erreur». Le lendemain, Donald Trump a affirmé avoir annulé à la dernière minute des frappes de représailles contre trois sites iraniens pour éviter un lourd bilan humain.

L'état-major américain soutient de son côté que le drone n'a «violé l'espace aérien iranien à aucun moment durant sa mission». Selon le commandement central des forces américaines, le drone aurait au contraire été abattu par un missile sol-air iranien au-dessus du détroit d'Ormuz.

Ce détroit est un point de passage stratégique pour l'approvisionnement mondial en pétrole. Deux pétroliers avaient été attaqués le 13 juin en mer d'Oman, environ un mois après des actes de sabotage contre quatre navires, dont trois pétroliers, à l'entrée du Golfe. Les Etats-Unis avaient imputé ces attaques, qui n'ont pas été revendiquées, à l'Iran, qui a démenti.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou avait appelé le 20 juin la communauté internationale à soutenir les Etats-Unis face à l'Iran.

Lire aussi : Tensions entre l'Iran et les Etats-Unis dans le Golfe d'Oman (EN CONTINU)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»