Filmé en train de molester une militante de Greenpeace, un secrétaire d'Etat britannique suspendu

Filmé en train de molester une militante de Greenpeace, un secrétaire d'Etat britannique suspendu© The Guardian
Capture d'écran YouTube

Le secrétaire britannique d'Etat Mark Field a été suspendu après la diffusion d'une vidéo dans laquelle il brutalise une militante de Greenpeace qui n'opposait aucune résistance. L'homme politique a confié avoir eu «peur» qu'elle soit «armée».

Les réseaux sociaux et la classe politique sont en ébullition outre-Manche après que le secrétaire d'Etat britannique aux Affaires étrangères chargé de l'Asie, Mark Field, a saisi manu militari une militante de Greenpeace qui tentait – en compagnie d'autres – de perturber un dîner de gala à Londres réunissant le gratin de la finance et auquel participait le ministre conservateur des Finances Philip Hammond.

En attendant que les faits ne fassent l'objet d'une enquête au sein du Parti conservateur, le secrétaire d'Etat a été suspendu de ses fonctions.

Nous avons été choqués par les images d'un député et secrétaire d'Etat agressant l'un de nos manifestants pacifiques

Sur les images amateurs relayées par nombre de médias britanniques, on aperçoit l'homme politique se lever brusquement de sa chaise alors que des militantes de Greenpeace – ceinturées d'une écharpe «Urgence climatique» – font irruption dans la salle où son collègue déclame un discours à la tribune. Poussant violemment l'une d'elle contre une colonne, il la saisit ensuite vigoureusement par la nuque afin de la guider vers la sortie. La militante, en robe de soirée, n'oppose aucune résistance.

L'incident s'est produit dans la soirée du 20 juin alors que les militantes de l'organisation écologique faisaient le tour des tables. «Nous avons été choqués par les images d'un député et secrétaire d'Etat agressant l'un de nos manifestants pacifiques», a réagi Greenpeace dans un communiqué.

Suspendu, Mark Field présente ses excuses «sans réserve»

Selon l'organisation, la militante en question «espérait discuter des changements climatiques et des réformes économiques dont nous avons besoin». Le secrétaire d'Etat Mark Field a présenté ce 21 juin ses excuses «sans réserve» alors que l'incident figure parmi les sujets les plus discutés sur les réseaux sociaux au Royaume-Uni et que les images tournent en boucle sur les chaînes d'information du pays.

Il n'y avait pas de sécurité et j'ai eu peur, pendant une fraction de seconde, qu'elle soit armée

«Dans la confusion, beaucoup d'invités se sont sentis menacés, ce qui est compréhensible, et lorsqu'une manifestante s'est précipitée devant moi, j'ai réagi par instinct», s'est également défendu Mark Field sur la chaîne ITV. «Il n'y avait pas de sécurité et j'ai eu peur, pendant une fraction de seconde, qu'elle soit armée», a-t-il ajouté, poursuivant : «J'ai donc saisi fermement l'intruse pour la faire sortir de la pièce le plus vite possible».

Lire aussi : Boris Johnson, favori pour remplacer Theresa May... et spécialiste des coups d'éclat

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»