Le drone américain «a violé l'espace» iranien, affirme Téhéran, coordonnées à l'appui

Le drone américain «a violé l'espace» iranien, affirme Téhéran, coordonnées à l'appui© Global Look Press via Zuma Press / Sra Tyler Woodward
Un drone américain dans une base à Abou Dhabi, aux Emirats arabes unis (image d'illustration).

Le drone américain abattu le 20 juin par l'Iran «a violé l'espace aérien iranien», affirme le ministre iranien des Affaires étrangères sur Twitter, en publiant les coordonnées de l'endroit où l'appareil a été descendu, selon Téhéran.

Le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif a déclaré le 20 juin sur Twitter que le drone américain abattu par l'Iran, avait «violé l'espace aérien iranien». Le message est accompagné de ce qui est présenté comme les coordonnées de l'endroit où l'appareil a été descendu.

Le drone «a été touché [...] par 25°59'43" [de latitude Nord et] 57°02'25"[de longitude Est]», écrit Mohammad Javad Zarif.

L'Iran a en outre dénoncé une action américaine «provocatrice» et «très dangereuse» contre son «intégrité territoriale», dans une lettre au chef de l'ONU et au Conseil de sécurité.

Le drone espion américain abattu le 20 juin serait un appareil du modèle Global Hawk (du fabricant américain Northrop Grumman). 

Le Pentagone avait confirmé l'incident. Néanmoins, le général américain Joseph T. Guastella, chef des forces aériennes du commandement central américain, avait déclaré que le drone se trouvait à 34 kilomètres des côtes iraniennes lorsqu'il a été abattu. «[Le drone] n'a violé l'espace aérien iranien à aucun moment durant sa mission», a précisé le général américain.

Le président américain Donald Trump avait quant à lui tweeté : «L'Iran a fait une énorme erreur !» Puis, il avait fait savoir qu'il n'excluait pas une réponse américaine au drone abattu... tout en évoquant l’hypothèse d’une erreur humaine.

Cet événement survient dans un contexte d'extrêmes tensions entre Washington et Téhéran. Les Etats-Unis ont intensifié, le 19 juin, leurs accusations contre l'Iran, qu'elles tiennent responsable de l'attaque des deux tankers (l'un japonais, l'autre norvégien) touchés par des explosions le 13 juin en mer d'Oman, et ont décidé de dépêcher des soldats supplémentaires au Moyen-Orient. 

Lire aussi : Pour Vladimir Poutine, un recours à la force des Etats-Unis contre l'Iran serait «une catastrophe»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»