Pour Vladimir Poutine, un recours à la force des Etats-Unis contre l'Iran serait «une catastrophe»

Pour Vladimir Poutine, un recours à la force des Etats-Unis contre l'Iran serait «une catastrophe»© © US Navy / Mass Communication Specialist Seaman Michael Singley / Reuters
Navires de l'armée américaine en mer d'Arabie, mai 2019 (image d'illustration).

Le président russe Vladimir Poutine a mis en garde le 20 juin contre «une catastrophe» en cas de recours à la force des Etats-Unis contre l'Iran, après qu'un drone américain a été abattu au-dessus du territoire iranien.

Au cours de la séance de questions-réponses à laquelle il s'est prêté à la télévision le 20 juin 2019, comme chaque année, le président russe a exprimé ses inquiétudes quant aux tensions croissantes entre les Etats-Unis et l'Iran.

«Les Etats-Unis disent qu'ils n'excluent pas un recours à la force [...]. Cela serait une catastrophe pour la région. Cela provoquerait une flambée des violences et la hausse du nombre des réfugiés», a ainsi déclaré Vladimir Poutine.

«Les conséquences seraient tristes pour toutes les parties, j'en suis certain. Cela provoquerait une flambée des violences et la hausse du nombre des réfugiés», a répété le maître du Kremlin, notant par ailleurs que l'Iran se conformait pleinement à l'accord sur le nucléaire avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), et n'en violait aucune clause. «Les sanctions contre Téhéran ne sont donc pas justifiées», a-t-il considéré, au sujet des sanctions rétablies par l'administration Trump après le retrait des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien.

Les Etats-Unis ont intensifié, le 19 juin, leurs accusations contre l'Iran, qu'elles tiennent responsable de l'attaque des deux tankers (l'un japonais, l'autre norvégien) touchés par des explosions le 13 juin en mer d'Oman, et ont décidé de dépêcher des soldats supplémentaires. Dans ce contexte de tensions extrêmes, Téhéran a annoncé le 20 juin avoir abattu un drone espion américain qui aurait violé son espace aérien, expliquant avoir ainsi envoyé «un message clair».

Lire aussi : «Nous n’avons pas oublié les flacons de poudre» : Moscou ironise sur les accusations visant l'Iran

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»