Depuis le Royaume-Uni, Donald Trump évoque la «possibilité» d'une guerre avec l'Iran

Depuis le Royaume-Uni, Donald Trump évoque la «possibilité» d'une guerre avec l'Iran© Daniel LEAL-OLIVAS Source: AFP
Donald Trump le 4 juin 2019 à Londres (image d'illustration).

Plus d'un an après la sortie unilatérale des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien signé en 2015, Donald Trump a échoué à rallier les Etats européens à sa cause. En visite au Royaume-Uni, il n'a pas écarté l'option d'une guerre avec l'Iran.

Les Etats-Unis, par la voix du président américain Donald Trump, continuent de souffler le chaud et le froid sur le dossier iranien, restant fidèles à la stratégie du «fou» initiée par le locataire de la Maison Blanche depuis le début de son mandat.

Lire aussi : Crise entre Washington et Téhéran : Donald Trump persiste dans la stratégie du «fou»

Alors qu'il est en visite d'Etat au Royaume-Uni, Donald Trump a ainsi fait savoir qu'il y avait «toujours une possibilité» de conflit armé avec Téhéran. «Est-ce que je le souhaite ? Non. Mais il y a toujours une possibilité», a-t-il répondu de façon alambiquée au journaliste britannique Piers Morgan le 4 juin, tout en insistant qu'il préférerait «discuter» avec l'Iran, bien qu'il soit prêt à prendre «toutes les décisions» pour empêcher l'Iran de devenir une puissance nucléaire.

«La seule chose, c'est que nous ne pouvons pas leur laisser obtenir d'armés nucléaires. J'en sais beaucoup à propos des armes nucléaires. Je suis celui que l'on briefe à ce sujet et qui doit l'étudier», a-t-il poursuivi, confiant avoir l'«énorme responsabilité» d'être en charge de l'arsenal nucléaire américain. «Je suis prêt à le gérer», a-t-il néanmoins assuré.

Diffusée dans l'émission «Good Morning Britain», l'interview intervient au dernier jour de la visite d'Etat du milliardaire américain. Celui-ci est en difficulté sur le dossier iranien, n'arrivant pas – bien que soutenu politiquement et médiatiquement par son allié israélien – à convaincre les Etats européens de sortir de l'accord de Vienne, que les Etats-Unis ont quitté unilatéralement en mai 2018.

Les tensions américano-iraniennes n'ont fait qu'augmenter depuis. Washington a récemment renforcé sa présence militaire au Moyen-Orient en guise d'«avertissement» à Téhéran. Le 1er juin se sont ainsi déroulés des exercices militaires américains dans le ciel et en mer au large de l'Iran : un bombardier stratégique B-52 et un porte-avion ont été déployés dans le golfe persique. Les forces armées américaines ont alors évoqué des «opérations de simulation de frappes», expliquant vouloir envoyer «un message clair et indubitable au régime iranien».

Le président américain avait auparavant menacé Téhéran de représailles s'il s'attaquait aux intérêts américains. Le chef de la diplomatie iranienne, Javad Zarif, avait répliqué, faisant valoir la résistance de son pays aux agresseurs durant des millénaires.

Lire aussi : Les Américains «ont peur de la guerre» : les Gardiens de la Révolution iraniens défient Washington

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»