Donald Trump menace Téhéran : «Si l'Iran veut se battre, ce sera la fin officielle de l'Iran»

Donald Trump menace Téhéran : «Si l'Iran veut se battre, ce sera la fin officielle de l'Iran»© Carlos Barria Source: Reuters
Donald Trump, prend la parole lors de l'assemblée nationale de la Fédération nationale des agents immobiliers, le 17 mai 2019 à Washington (image d'illustration).

Le président américain a menacé Téhéran de représailles s'il s'attaquait aux intérêts américains. Le chef de la diplomatie iranienne Javad Zarif a répliqué, faisant valoir la résistance de son pays, selon lui, aux agresseurs durant des millénaires.

L'escalade des tensions entre les Etats-Unis et l'Iran se poursuit.

Le 19 mai, le président américain Donald Trump a menacé l'Iran si ce dernier s'en prenait à des intérêts américains. «Si l'Iran veut se battre, ce sera la fin officielle de l'Iran. Plus jamais de menaces à l'encontre des Etats-Unis», a-t-il averti sur Twitter.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Javad Zarif a renvoyé Donald Trump dans ses cordes. «Le terrorisme économique et les provocations génocidaires ne mettront pas "fin" à l'Iran», a-t-il asséné sur Twitter ce 20 mai, faisant valoir qu'au cours des millénaires, selon lui, les Iraniens avaient fait face aux agresseurs

Quelques heures avant la déclaration du président américain, le général Hossein Salami, commandant du corps des Gardiens de la Révolution islamique (GRI), avait affirmé que l'Iran ne voulait pas de la guerre avec les Etats-Unis, tout en ajoutant que Washington n'en avait pas non plus la volonté. «La différence entre nous et [les Américains], c'est qu'ils ont peur de la guerre», avait-il lancé, cité par l'agence iranienne Fars News.

Début mai, Washington déployait le porte-avions Abraham Lincoln et des bombardiers B-52 dans le Golfe, puis un navire de guerre et une batterie de missiles Patriot en renfort, avec pour justification, sans plus de précisions, «des indications inquiétantes d'escalade et de mises en garde». 

Depuis la sortie unilatérale des Etats-Unis de l'accord de Vienne sur le nucléaire iranien en mai 2018, puis le rétablissement complet des sanctions économiques américaines contre l'Iran en novembre, les tensions n'ont cessé de s'accroître entre Washington et Téhéran.

Lire aussi : Les Américains «ont peur de la guerre» : les Gardiens de la Révolution iraniens défient Washington

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»