Sanctions américaines contre l'Iran : Washington promet de «punir» les partenaires de Téhéran

Sanctions américaines contre l'Iran : Washington promet de «punir» les partenaires de Téhéran© Cathal McNaughton Source: Reuters
Mike Pompéo, Secrétaire d'Etat américain.
Suivez RT France surTelegram

Après que les Etats-Unis ont rétabli des sanctions anti-iraniennes ce 5 novembre, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a mis en garde les Etats qui continueraient à faire des affaires avec l'Iran... à l'exception de quelques pays, exemptés.

Une «punition rapide et sévère» : voilà ce qu'a promis Mike Pompeo aux pays souhaitant continuer de commercer avec Téhéran, alors que ce 5 novembre, les Etats-Unis ont augmenté leur pression économique contre l'Iran en réinstaurant de nouvelles sanctions, du fait de la sortie de Washington du traité international sur le nucléaire iranien de 2015.

«Je vous le promets, commercer avec l'Iran en ne respectant pas nos sanctions sera forcément plus douloureux que de se retirer [du pays]», a déclaré le secrétaire d'Etat américain, ajoutant que Washington continuerait à exercer une pression implacable tant que Téhéran ne prendrait pas un virage à 180 degrés dans son «comportement déstabilisateur» au Moyen-Orient.

Cette déclaration intervient presque trois mois jour pour jour, après qu'un premier volet de sanctions anti-iraniennes, levées après l'accord de 2015, a été rétabli début août par les Etats-Unis.

Mike Pompeo s'est d'ores et déjà félicité des effets des mesures punitives américaines sur les revenus pétroliers iraniens, estimant que ceux-ci avaient diminué de plus de 2,5 milliards de dollars depuis la sortie américaine de l'accord sur le nucléaire iranien.

Lire aussi : Les Etats-Unis achèvent de rétablir leurs sanctions contre l'Iran

Outre des sanctions contre les exportations de pétrole iranien, que l'administration américaine affirme vouloir réduire à zéro à terme, ce nouveau train de sanctions place 50 banques iraniennes sur la liste noire des Etats-Unis, ainsi que plus de 200 personnes et navires des secteurs iraniens du transport maritime et de l'énergie, une compagnie aérienne iranienne et plus de 65 de ses avions.

Mike Pompeo a précisé que huit pays, la Chine, l'Inde, le Japon, la Corée du Sud, l'Italie, la Grèce, la Turquie et Taïwan, bénéficiaient d'exemptions sur ces sanctions et pourront continuer à acheter temporairement du pétrole iranien.

L'Iran compte «contourner avec fierté les sanctions illégales»

Plus tôt dans la matinée du 5 novembre, le président iranien Hassan Rohani avait réagi à ces nouvelles mesures punitives, en annonçant qu'il comptait «contourner avec fierté les sanctions [américaines] illégales et injustes car [allant] à l'encontre du droit international».

«Nous sommes en situation de guerre économique et nous affrontons un pouvoir d'intimidation. Je ne pense pas que dans l'histoire américaine, il y ait eu jusqu'à présent quelqu'un à la Maison Blanche qui contrevienne autant au droit et aux conventions internationales», a-t-il affirmé.

La veille, à l'approche de l'entrée en vigueur de ces sanctions américaines, des milliers d'Iraniens étaient descendus dans les rues de Téhéran pour commémorer la prise de l'ambassade américaine lors de la Révolution islamique de 1979.

Lire aussi : Dollars et effigies de Trump brûlés à Téhéran pour protester contre le retour des sanctions (IMAGES)

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix