Algérie : des gilets orange se constituent en «force d'interposition» (VIDEO)

Algérie : des gilets orange se constituent en «force d'interposition» (VIDEO)© Ryad Kramdi Source: AFP
Des volontaires algériens, vêtus de gilets orange, surveillent le rassemblement lors d'une manifestation anti-gouvernementale dans la capitale, Alger, le 26 avril 2019.

Se voulant «force d'interposition», des manifestants vêtus de gilets orange se placent entre la police et les jeunes qui viennent parfois la provoquer lors des manifestations à Alger. Témoignage de l'un d'entre eux.

Sur leurs gilets orange, on peut lire le mot «Silmiya», qui signifie pacifique en arabe et constitue le mot d'ordre de la contestation en Algérie. Ces bénévoles, qui se sont constitués en «force d'interposition» citoyenne, se sont donné pour mission de prévenir les heurts entre policiers et manifestants et de maintenir le calme au cours des manifestations algériennes. Et ce alors que la mobilisation s'est distinguée par un pacifisme qui a impressionné le monde entier.

Ces gilets orange sont venus s'ajouter aux nombreux groupes - identifiés par des brassards ou gilets de diverses couleurs - qui depuis le 22 février, début d'un mouvement de contestation en Algérie inédit et spontané, ont éclos pour orienter les manifestants, apporter les premiers soins ou nettoyer les rues.

Lors de la manifestation du 3 mai, la onzième depuis le début de la mobilisation, ils étaient encore là. Rencontré dans le centre de la capitale algérienne, Remdane Cherif Debah espère que les manifestations resteront pacifiques et que les Algériens seront «main dans la main». «Notre objectif principal est que le pays se construise», explique-t-il.

Le jeune homme précise que le 12 avril, lors du huitième vendredi de mobilisation, des agressions et des cas de harcèlement sexuel contre des femmes ont eu lieu dans le tunnel des facultés dans lequel s'engouffraient jusque-là les manifestants, raison pour laquelle les forces de l'ordre en ont bloqué l'accès. Le même jour, des jeunes se sont battus avec la police, cette dernière ayant utilisé des gaz lacrymogènes. Un jeune homme, Ramzy Yetou, est décédé dans ces violences. C'est suite à ce vendredi que les gilets orange sont apparus lors de la neuvième mobilisation et sont présents depuis, s'interposant systématiquement entre les jeunes agités et la police pour éviter tout débordement.

Lire aussi : Constituante, tirage au sort : les initiatives de démocratie participative fleurissent en Algérie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»