Cinq indépendantistes catalans emprisonnés élus lors des élections générales espagnoles

- Avec AFP

Cinq indépendantistes catalans emprisonnés élus lors des élections générales espagnoles© Enrique Calvo Source: Reuters
Dans les rues de Barcelone devant une affiche du vice-président catalan Oriol Junqueras, détenu en attente de son procès (image d'illustration).

Actuellement en détention, cinq hommes politiques espagnols appartenant à la mouvance séparatiste catalane ont été élus le 28 avril au Parlement. Les partis indépendantistes catalans disposent désormais de 22 sièges à la chambre basse.

Quatre séparatistes catalans, détenus et jugés actuellement à Madrid pour leur rôle dans la tentative de sécession de la Catalogne en 2017, ont été élus députés le 28 avril lors des élections générales espagnoles remportées par les socialistes.

Parmi eux figure l'ancien vice-président de cette région du nord-est, Oriol Junqueras, principal accusé du procès qui a débuté le 12 février et contre lequel le parquet a requis 25 ans de prison.

Le dirigeant catalan a été élu député en tant que leader du parti de la Gauche républicaine de Catalogne (ERC) en compagnie de trois autres séparatistes détenus : Jordi Sanchez, Jordi Turull et Josep Rull, membres de l'autre grand parti indépendantiste, Ensemble pour la Catalogne, de l'ancien président catalan Carles Puigdemont qui s'est enfui en Belgique pour échapper aux poursuites de la justice. Raul Romeva, ancien responsable régional des Affaires étrangères, a quant à lui été élu sénateur.

Les partis indépendantistes catalans ont gagné du terrain, obtenant 22 des 350 sièges de la chambre des députés, et pourraient avoir un rôle clé dans les tractations en vue de la constitution d'une future majorité alors que le socialiste Pedro Sanchez a gagné les élections sans cependant obtenir de majorité absolue.

Après le dépouillement de 99% des bulletins de vote, les socialistes arrivent en effet tête avec près de 29% des voix et 123 députés, nettement plus que les 85 remportés aux législatives de 2016, mais loin de la majorité absolue de 176 sur 350 à la chambre.

Lire aussi : Législatives espagnoles : les sociaux-démocrates en tête, la droite nationaliste entre au Parlement

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»