Libye : au moins 121 morts dans les combats opposant les forces du GNA à celles du maréchal Haftar

- Avec AFP

Libye : au moins 121 morts dans les combats opposant les forces du GNA à celles du maréchal Haftar© Esam Omran Al-Fetori Source: Reuters
Des membres de l'Armée nationale libyenne (ANL) commandée par le maréchal Khalifa Haftar s'apprêtent à quitter Benghazi pour assister les troupes faisant route vers Tripoli, le 13 avril 2019 (image d'illustration).

Depuis le 4 avril, début de l’offensive du maréchal Khalifa Haftar contre le Gouvernement d'union nationale (GNA) basé à Tripoli, les combats ne cessent de s'intensifier. Selon l'Organisation mondiale de santé (OMS), ils ont fait au moins 121 morts.

Au moins 121 personnes ont été tuées en dix jours d'affrontements armés au sud de la capitale libyenne, où un statu quo paraît s'installer entre les forces du maréchal Khalifa Haftar et celles du Gouvernement d'union nationale (GNA).

Les violents combats qui opposent les deux camps depuis le 4 avril dans la banlieue sud de Tripoli ont également fait 561 blessés, selon un nouveau bilan de l'Organisation mondiale de Santé (OMS). L'Armée nationale libyenne (ANL), autoproclamée par le maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'est libyen, a lancé il y a dix jours une offensive en vue de s'emparer de la capitale (nord-ouest), siège du GNA de Fayez al-Sarraj, reconnu par la communauté internationale.

Au sol, les deux camps continuent de proclamer des «avancées», mais sur le terrain, aucun des deux ne semble avoir pris l'avantage. Les combats ont repris ce 14 avril, sur les mêmes lignes de front, en particulier à Ain Zara et al-Swani, au sud de Tripoli. 

Le bureau de l'OMS en Libye, qui ne précise pas le nombre de civils parmi les victimes, a par ailleurs condamné sur son compte Twitter «les attaques répétées contre le personnel soignant» et les ambulances dans les environs de Tripoli.

Deux ambulances ont été prises pour cibles le 13 avril, portant à huit le nombre de véhicules du personnel médical touchés depuis le début des combats. Dans un pays plongé dans le chaos depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011, les organisations internationales craignent que les civils ne fassent une nouvelle fois les frais des violences.

De son côté, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (Ocha) de l'ONU a fait état de 13 500 personnes déplacées par les combats, dont 900 ont été hébergées dans des centres d'accueil.

Depuis l'intervention de l'OTAN, le pays plongé dans un chaos permanent

En proie au chaos politique et sécuritaire depuis l’intervention de l’OTAN en 2011, la Libye est encore loin de retrouver le chemin de l’unité et de la stabilité. En plus de la menace terroriste, le pays est le théâtre depuis 2014 d’une confrontation entre deux forces revendiquant le pouvoir, se traduisant désormais par des affrontements armés.  

Le pays, de fait, se trouve divisé en deux. A l’ouest s'étend le pouvoir du gouvernement d'union nationale (GNA) de Fayez al-Sarraj. Si cette entité politique, basée à Tripoli, est reconnue par la communauté internationale, elle parvient difficilement à imposer son autorité sur ses propres milices. Les violents affrontements impliquant certaines d’entre elles en septembre dernier, mettent en exergue les limites de son influence politique sur le terrain. 

Face à elle, le maréchal Khalifa Haftar, qui dit tirer sa légitimité du Parlement de Tobrouk, également reconnu par la communauté internationale. L’Armée nationale libyenne (ANL) qu'il dirige a étendu son contrôle sur l’ensemble de la Cyrénaïque (région orientale de la Libye), où se trouvent les plus grandes réserves de pétrole du pays.

A la faveur du ralliement de plusieurs tribus et d’officiers dont des ex-kadhafistes, le maréchal Haftar a multiplié les succès militaires et compte poursuivre son offensive vers l’ouest, afin de conquérir la capitale, Tripoli.  

Lire aussi : Libye : conquis par Haftar, des terminaux pétroliers passent sous la coupe des autorités parallèles

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»